Simounet.net – Blog Blog d'un opengeek passionné

Script GreaseMonkey pour retrouver la fonction “marquer comme lu et masquer” de Netvibes

Si vous utilisez Netvibes depuis plus de deux semaines, vous aurez sûrement remarqué sa refonte graphique et son lot de changements au niveau du comportement de l'application. Outre le fait que la place attribuée aux flux soit désormais considérablement réduite, c'est la disparition pure et simple de la fonction « marquer comme lu et masquer » lorsque le filtrage est en mode « n'afficher que les non-lus » qui m'a plus affecté. Sans cette option, Netvibes m'est tout simplement inutilisable. Je me suis donc empressé de faire un petit script GreaseMonkey pour la simuler et retrouver le résultat précédemment. Ce n'est pas parfait, les barres regroupant les items par jour ne sont pas cachées lorsqu'elles n'ont plus d'entrées en dessous d'elles, mais c'est déjà mieux qu'avant.

netvibes_logo

Installation

Firefox

Le seul prérequis est d'avoir préalablement installé l'extension GreaseMonkey avant de :

Chrome

Utilisation

Rechargez votre page Netvibes et si tout s'est bien passé, en cliquant sur les ronds, les entrées devraient désormais disparaître comme avant.

Liens utiles

Synergy : résoudre le problème des boutons suivant/précédant inactifs de la souris

Il y a quelques temps de ça, je vous avais parlé de Synergy, un logiciel permettant de partager son clavier et sa souris entre plusieurs ordinateurs via le réseau. Après son installation, les boutons suivant et précédant de ma souris ne fonctionnaient pas sur le PC client. Rien de bloquant, mais quand même gênant à la longue. Après quelques recherches, j'étais tombé sur le manuel du fichier de configuration de Synergy. C'est grâce à ce procédé que j'ai pu arriver à régler ce problème. Je concède que l'utilisation d'un fichier de conf' soit un poil plus complexe que celle d'une interface graphique, mais vous allez voir, bien expliqué, ça n'a rien de sorcier !

synergy-splash

Commencez par créer un fichier synergy.sgc contenant les informations ci-dessous à un endroit accessible par la machine devant faire Synergy serveur. Il est conseillé de le placer à la racine de votre répertoire d'utilisateur, mais ce n'est en aucun cas une obligation. La configuration suivante est utilisée pour un Windows 7 (dont le nom sur le réseau local est Nom-PC-Windows) en Synergy serveur, et une Ubuntu (ayant pour nom sur le réseau local Nom-PC-Ubuntu) en Synergy client et où l'écran de l'Ubuntu est à gauche, et celui du Windows est à droite (à adapter en fonction à votre cas) :

section: screens
    Nom-PC-Windows:
    Nom-PC-Ubuntu:
end
section: links
    Nom-PC-Windows:
        left  = Nom-PC-Ubuntu
    Nom-PC-Ubuntu:
        right = Nom-PC-Windows
end
section: options
    mousebutton(4) = mousebutton(6)
    mousebutton(5) = mousebutton(7)
end

Une fois ce fichier créé :

  • lancez Synergy sur la machine devant faire office de Synergy serveur
  • cochez le bouton radio Utiliser la configuration existante
  • allez chercher le fichier de configuration précédemment créé
  • cliquez sur Appliquer
  • Enjoy!

Comme toujours, si vous avez des questions, n'hésitez pas à laisser un message dans les commentaires.

Retours d’un séjour à Londres

Cet été, ma chérie et moi, nous nous sommes organisés une escapade de 3 jours à Londres. Aimant partager tout et n'importe quoi ici, je me suis dit qu'il serait bon d'en faire un billet. Vous trouverez ci-dessous notre parcours avec ce qui nous a plu, moins plu et ce que nous avons noté pour la prochaine fois.
Bonne lecture !

1er jour

Lyon -> London

4h55, départ de Lyon. Nous prenons la navette pour nous rendre à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry (24,50€ aller/retour par personne). Nous n'avons pas de bagages si ce n'est un petit sac chacun donc pas besoin d'arriver 3 heures à l'avance pour les enregistrer.
À 7h10, nous décollons sous un ciel plutôt dégagé. Après un trajet d'1h30, nous arrivons sous un ciel nuageux à London Gatwick à 7h40, heure anglaise (1 heure de décalage en Angleterre si l'heure d'été est active en France). Nous procédons à l'échange de notre provision d'euros en pounds au bureau de change de l'aéroport. Pour rejoindre le centre-ville, nous prenons une navette Easy Bus (≈ 25€ aller/retour par personne), plus longue mais moins onéreuse que la navette de Gatwick Express.
À noter que lorsque nous avions planifié notre voyage, Easy Bus était moins cher, mais il semble que ça ne soit pas toujours le cas. De plus, le bus s'arrête à West Brompton où il faut prendre les transports (métro ou bus) pour rejoindre le centre, là où le Gatwick Express nous dépose en plein centre, à Victoria Station. À vous de voir ce qui vous parait le plus adapté.
En ce qui nous concerne, nous regrettons un peu ce choix d'une arrivée à Gatwick et navette au lieu d'une arrivée à Londres City, le rapport temps/prix ne nous semblant au final pas optimal.

Photo du métro de West Brompton de Londres

Arrivée dans le centre et passage à l'hôtel

Après 1h30 passées dans la navette nous amenant à Londres, un premier contact avec le métro londonien, le "tube" pour les locaux, pendant 20mn et 40mn de bus à impériale, il était temps pour nous de nous restaurer et réchauffer nos petits corps de français fraîchement débarqués de la côte d'Azur dans un fast-food typique : le Burger King (faute de pouvoir trouver mieux dans le quartier de Peckham). Nous passons ensuite à notre hôtel, la boule au ventre après les nombreux commentaires négatifs que nous avions lus avant de partir concernant les logements londoniens. Mais bonne surprise au final, l'hôtel est propre et les chambres refaites à neuf.

Nb : nous vous recommandons le Peckham Lodge (lien Booking.com).
Points positifs :

  • pas très cher (≈ 55€ par jour pour 1 chambre avec lit double)
  • accueil sympathique
  • chambres et salle-de-bain propres
  • bouilloire avec thé et café disponible pour un petit déj' rapide et pas cher

Points négatifs :

  • un peu loin du centre (pas de métro à proximité mais plusieurs lignes de bus desservant le centre - comptez 25mn)
  • insonorisation légère (bruit des sirènes des voitures de police/ambulances, nuisances dues au couloir et chambres voisines)

Photo du Tower Bridges de LondresLe Tower Bridge

Début des visites

Une fois nos bagages déposés, nous voilà enfin partis en vadrouille dans Londres. Après un arrêt impromptu par la Cathédrale de Southwark, notre première étape est le Tower Bridge, un impressionnant pont-levis encore en activité. Nous avons enchaîné juste à côté sur la visite du Tower of London, forteresse historique où sont conservés les bijoux de la couronne. La pluie était à nos côtés jusqu'alors mais nous avons eu l'agréable surprise de trouver le soleil à notre sortie. Nous avons ensuite pris la direction du quartier des affaires (la City) où nous avons pu apercevoir la Cathédrale Saint-Paul (malheureusement fermée en cette fin de journée). Bien fatigués par cette première journée, nous sommes partis à la recherche d'un coin pour grignoter un morceau, local si possible. C'est toujours dans le quartier de la City que nous avons trouvé notre bonheur, un pub servant des Fish & Chips ! Nous rentrons à l'hôtel relativement tôt afin de passer une bonne nuit après cette journée de presque 24h.

Photo du Buckingham Palace de LondresLe Bukingham Palace

2ème jour

Visites

C'est sous la pluie que nous quittons l'hôtel de bonne heure pour rejoindre le centre ville. Première étape du jour : trouver un coin pour prendre un petit-déjeuner british. Déception, nous ne sommes apparemment pas au bon endroit pour ça et nous finissons par prendre un café dans un  des nombreux fast-food de la ville. En effet, impossible de faire 2 pas sans tomber sur un Starbucks, un Prêt-à-manger ou un Caffé Nero. Nous faisons ensuite un petit tour à pieds autour de Big Ben et du Parlement du Royaume-Uni, à l'architecture gothique incomparable. Nous n'avons qu'à traverser la route pour visiter l'Abbaye de Westminster. Un gros quart d'heure d'attente et un prix d'entrée un peu élevé (18 pounds) que nous ne regretterons pas. Sitôt franchies les portes de l'abbaye, nous sommes ébahis par la richesse du lieu. Toutes les chapelles regorgent d’œuvres d'art en tous genres (sculptures, tableaux, caveaux funéraires...), quel dommage de ne pouvoir prendre aucune photo ! Nous vous recommandons cependant de prendre l'audio-guide (compris dans le prix de l'entrée). Ayant effectués notre séjour ici tout juste un an après le mariage de Kate et William, nous avons pu imaginer le duc et la duchesse de Cambridge remonter cette grande allée vers l'hôtel comme nous avions pu le voir en direct à la télé.
Lorsque nous quittons l'abbaye, nous longeons Saint James Park pour arriver à Buckingham Palace à 11h30, pile à l'heure pour assister à la relève des gardes. Après une grosse demi-heure de spectacle, il est temps pour nous d'aller manger. Petit passage par Piccadilly Circus avant de nous rendre au Hard Rock Cafe, en bons touristes qui se respectent.
L'après-midi, nous prenons la direction de Greenwich Village et de son fameux méridien situé dans l'Observatoire Royal, derrière le musée national de la Marine. Nous rencontrons notre première galère dans les transports, nous avions pris le métro jusqu'à Greenwich (New Cross Gate) mais au final, notre destination n'était joignable que via des bus. Petite info qui pourrait vous être utile, ne demandez pas le méridien mais plutôt le musée national de la Marine. Après avoir traversé le musée et escaladé la colline en direction de l'observatoire, nouvelle déception pour nous : pas grand chose à voir si ce n'est une vue panoramique sur les plaines du quartier et l'accès à la représentation physique du méridien est payante (7 pounds/personne). Si vous y tenez vraiment, vous pouvez réaliser une photo gratuite devant la ligne du méridien en passant par un petit portail situé au pied de l'endroit où se fait la photo officielle. Un peu démoralisés, nous ne nous sommes pas attardés plus longtemps à Greenwich et nous sommes rentrés pour être frais le lendemain.

Bilan

Ce que nous avons aimé :

  • l'architecture de Big Ben et du parlement
  • les richesses de l'Abbaye de Westminster
  • Saint James Park même si nous n'avons pas pris le temps de vraiment nous y attarder (les gardes ne nous auraient pas attendus pour procéder à leur relève)

Ce que nous avons moins aimé :

  • Piccadilly Circus : nous nous attendions à quelque chose de plus impressionnant que ce rond-point affublé de quelques publicités diffusées sur écrans géants
  • Greenwich : nous sommes peut-être passés à côté de cette visite mais ce que nous avons vu n'a pas été à la hauteur des attentes que nous portions à l'égard d'un lieu aussi réputé

Photo de Covent Garden à LondresCovent Garden

 3ème jour

Visites

Nous partons sous le soleil, direction Covent Garden, un marché couvert. Si vous avez des achats touristiques à faire, c'est le bon endroit. Ne vous faites pas avoir comme nous en allant dans la 1ère boutique en sortant du métro, mais marchez quelques mètres, derrière le marché (voir carte), où de nombreux stands de souvenirs proposent des articles à des prix défiant toute concurrence. Au début du marché se trouve le Royal Opera House de Londres que nous n'avons pas visité mais qui vaut quand même le coup d’œil (surtout la façade côté Bow Street).
Nous continuons notre route vers Trafalgar Square avec ses impressionnantes statues situées aux quatre coins de la place. De là, nous avions une vue panoramique sur l'église Saint Martin-in-the-Fields, la National Gallery, la National Portrait Gallery et le London Coliseum. Nous sommes ensuite passés par le Leicester Square pour accéder à Chinatown (le quartier chinois de Londres) situé dans le quartier de Soho (le Pigalle londonien).
Après une petite pause au Soho Square, nous repartons manger au Starbucks (très local, vous en conviendrez) en face du British Museum. Nous commençons à explorer la galerie publique du musée mais celui-ci étant immense, nous décidons (à regrets) de ne pas nous y attarder et de profiter du beau temps pour découvrir de nouveaux quartiers.
Nous nous rendons ensuite à Camden Town, un quartier très surprenant, aux façades décorées en fonction des boutiques qu'elles représentent. Nous flânons un moment au cœur du marché aux puces pour déboucher sur le Regent's Canal que nous longerons jusqu'à Regent's Park. Nous traversons ensuite ce dernier et rejoindrons Marylebone Street, un des quartiers résidentiels les plus chics de Londres et berceau du musée Tussauds.
Nous terminons notre séjour par une soirée sur les bords de la Tamise où nous nous régalerons avec un dernier Fish & Chips au pub The Anchor & Hope que nous vous recommandons. à partir de là, petite balade sur les quais jusqu'au Waterloo Bridge qui offre une magnifique vue panoramique de Londres by night. D'un côté la City, le quartier des affaires avec ses nouveaux buildings et de l'autre le London Eye (la grande roue d'où il est possible d'admirer le tout Londres mais que nous n'avons malheureusement pas eu l'occasion de faire), Big Ben et Westminster, le cœur historique de Londres. L'ensemble étant bien mis en valeur par l'éclairage public auquel nous sommes très attachés en bons lyonnais d'adoption que nous sommes.

Photo de Camden Town à Londres

Bilan

Ce que nous avons aimé :

  • la diversité des quartiers traversés qui font que Londres n'est pas une ville classique avec un seul centre ville mais un regroupement de petits villages gravitant autour de leurs propres centres
  • le majestueux Trafalgar Square, impressionnant à tous points de vue
  • l'originalité du quartier de Camden Town
  • le calme du Regent's Canal, parfait pour une balade en amoureux
  • la verdure de la ville, traversée par de nombreux parcs et petits squares
  • London by night

Ce que nous avons moins aimé :

  • le manque de temps pour visiter les différents musées auprès desquels nous sommes passés (le British Museum et le musée Tussauds par exemple)

Photo des bords de la Tamise à Londres

Bilan général

Londres est une ville riche, propre et avec une variété de cultures et d'habitants impressionnante. Sous ses airs de petit village, il y a énormément de choses à visiter.

Nous n'y avons pas rencontré de problème particulier si ce n'est l'approche froide des londoniens à notre égard et la complexité du réseau de bus. En effet, il n'y a pas moyen d'avoir un unique plan du réseau mais chaque arrêt propose un plan avec les différentes destinations qu'il dessert. Il faut alors "sauter" d'arrêt en arrêt et essayer d'avoir une vision globale de l'emplacement de notre destination : pas toujours évident !
En tous cas, notre séjour nous a beaucoup plu, et nous prendrons le temps de revenir dans cette ville cosmopolite pour approfondir notre découverte de ses musées, de ses quartiers et de sa culture !

Pour finir, je tenais à remercier Marie et Mehdi pour leurs livres de plans (Londres Cartoville) et bons plans (Londres en quelques jours), très utiles pour tracer les itinéraires et ne rien oublier, et Kaelig pour les bonnes adresses fournies sur Twitter.
Nous espérons que ce retour d'expérience vous aura plu, c'était une première mais peut-être pas le dernier !

Breaking Bad, une série à l’alchimie parfaite

Aujourd'hui, je viens vous parler d'une série qui s'est achevée il y a tout juste quelques jours après 5 saisons de bons et loyaux services : Breaking Bad.

Le pitch

D'un côté nous avons un prof' de chimie talentueux dans son domaine (interprété par Bryan Cranston), passé à côté d'une vie qui aurait pu se révéler bien plus faste et trépidante. Au départ, il ne cherchait qu'à laisser de quoi subvenir à sa famille ne pensant pas qu'il échapperait au cancer pour lequel il se fait diagnostiquer au début. À l'instar de Dexter, où le personnage éponyme nous est de suite dépeint comme très sombre du simple fait de son état de serial killer, Walter White est présenté comme un citoyen lambda qui se prendra au fil des saisons à rêver de devenir le roi des dealers sans jamais oser se l'avouer.
De l'autre côté, son acolyte de fortune, Jesse Pinkman (interprété par Aaron Paul), ancien élève du premier, dealer de bas étage dès que l'histoire commence et qui souhaitera plusieurs fois tout arrêter, se rendant compte que tout était allé beaucoup trop loin.

Bonne idée de Vince Gilligan (créateur, scénariste, réalisateur et producteur du show), que cette inversion des rôles entre ce jeune fou-fou accro' aux drogues en tout genre qui essaiera tant bien que mal de raisonner un père de famille cinquantenaire qui devrait avoir la tête sur les épaules. Un duo de choc qui aura fonctionné à merveille pendant ces 62 épisodes que compte la série.

breaking-bad-logo

Évolution et non pas révolution

À mes yeux, une continuité dans le comportement des personnages est très importante pour l'immersion générale. Rien de plus frustrant que d'assister à une histoire où les retournements prennent le pas sur le caractère des personnages. Un revirement de situation ? Oui. Des twists loufoques à répétition qui n'ont aucun sens par rapport à tout se qui s'est passé précédemment ? Non ! Dans le cas présent, rien à redire. Walt crée sa destinée et ce qui en découle n'est que pure logique, entraînant avec lui Jesse qui n'avait pourtant rien demandé. Je ne suis pas du tout en train de dire que tout est prévisible, loin de là, c'est juste que l'ensemble reste cohérent.

Cette double vie que qu'entreprend Walt est une renaissance. Il est déterminé comme jamais à aller au bout et à être le maître respecté et incontesté de sa nouvelle profession.

breaking-bad-jesse-walt

#GoodbyeBreakingBad & #ThankingBad

Avec cette ultime 5ème saison, la série aura réussi à s'arrêter avant de s'essouffler, chose suffisamment rare pour être notée. De plus, je ne vous spoilerai pas la fin, mais elle est magique et conclue la série de la meilleure des façons. Qu'il est rare de voir un show TV d'une telle qualité tant au niveau du scénario, du jeu d'acteurs, de l'image, du son...
Si vous ne vous êtes pas encore laissé tenter, il est encore temps ! Goodbye Mister White.

breaking-bad-jesse-walt-2

Installer la dernière version d’Hotot à la main

Comme certains ont dû s'en rendre compte, Twitter vient de fermer définitivement l'accès à la version 1 de son API afin de laisser place à la 1.1 après une période de transition. Les utilisateurs d'Hotot (dont je vous avais parlé il y a un moment), dont je fais partie, se sont retrouvés avec une application inutilisable. Pourtant, les développeurs avaient prévu le coup et les sources contenaient bien les modifications nécessaires à ce changement d'API. Cependant, les versions compilées n'ont pas été mises à jour (excepté la version application pour Chrome). Je vous propose donc ici de ruser pour continuer à pouvoir utiliser Hotot en attendant que tout rentre dans l'ordre.

Sur Linux :

Si comme moi, vous utilisez le PPA d'Hotot, il se trouve qu'il n'a pas été mis à jour. J'essaie en ce moment même de contacter la personne chargée de le maintenir mais mes messages sont restés sans réponse pour le moment. Je vous invite à me suivre sur Twitter pour être informé dès que j'en saurai plus.

  1. Téléchargez l'archive contenant les dernières sources d'Hotot sur Github
    • Soit directement sur Github : https://github.com/lyricat/Hotot/archive/master.zip
    • Soit via Git : git clone https://github.com/lyricat/Hotot.git
  2. Supprimez Hotot de votre système (vous devez avoir les droits d'administration) :
    • sudo apt-get remove hotot
  3. Allez dans le dossier d'Hotot téléchargé précédemment
  4. Créez un dossier qui contiendra le résultat du build puis allez à l'intérieur, exemple :
    • mkdir build && cd build
  5. Compilez l'application à l'aide des commandes suivantes :
    • cmake ..
    • sudo make install

Après avoir suivi toutes ces étapes, vous devriez pouvoir utiliser Hotot à nouveau. Si jamais vous rencontrez un soucis au moment de l'installation (la dernière commande), repartez de l'étape 5 en donnant des arguments au make en fonction des erreurs affichées lors de la commande :

  • cmake ..

Les différentes options sont disponibles sur le README du projet. Dans mon cas, j'ai utilisé la commande suivante :

  • cmake .. -DWITH_QT=off

Sur Windows :

  1. Téléchargez l'archive contenant les dernières sources d'Hotot sur Github
    • Soit directement sur Github : https://github.com/lyricat/Hotot/archive/master.zip
    • Soit via Git : git clone https://github.com/lyricat/Hotot.git
  2. Si vous avez téléchargé l'archive, décompressez-là
  3. Rendez-vous dans le répertoire où est installé Hotot
  4. Déplacez le répertoire hotot situé dans le dossier share dans un autre dossier (par exemple le bureau) pour en faire une sauvegarde
  5. Copiez le dossier data (présent dans l'archive ou le dépôt Git que vous avez récupéré lors de l'étape 1) dans le répertoire share de votre installation d'Hotot
  6. Renommez le dossier data copié précédemment en hotot

Si cette manipulation ne fonctionne pas, il vous suffit de supprimer le dossier hotot que vous venez de créer et de remettre à sa place celui que vous aviez placé sur le bureau.

Pour finir

Si vous avez des questions ou que vous rencontrez des problèmes lors de l'installation, n'hésitez pas à utiliser les commentaires ci-dessous.

Classé dans: Geek stuff
Tags: , ,
1 commentaire