Les naufragés de l’ile de Lost disparaissent enfin ! (Review)

Ca fait déjà un moment que le dernier épisode de Lost a été diffusé aux États Unis (le 23 mai 2010) et je voulais vous donner mon sentiment depuis, mais à vrai dire, j'ai beaucoup hésité... Pourquoi me direz vous ? Et bien c'est très simple, pour ceux qui ne le savent pas encore, je suis un fan de cette série depuis le début. Comme tout le monde, j'ai été fasciné par ce concept de J. J. Abrams consistant à faire s'écraser un avion au bord d'une ile déserte et mystérieuse. Au début, tout était parfait, une immersion excellente, des intrigues à tout bout de champ, une envie irrépressible de voir l'épisode suivant dès l'apparition de l'écran titre noir estampillé LOST en espérant y apprendre quelques révélations à propos des secrets découverts précédemment. MAIS ! Oui car il y a évidemment un "mais" ! Au fur et à mesure que les épisodes s'enchainaient, que le nombre de mystères tous plus inextricables les uns que les autres se rapprochait du milliard, un sentiment s'est emparé de moi: la déception... Là où les 2 premières saisons avaient réussi à me tenir en haleine, les 4 qui ont suivi et cet ending n'ont fait que confirmer ce que je pressentais.

Au fil des saisons je ne savais pas où les scénaristes m'emmenaient et où ils voulaient en venir, et je pense que eux non plus ne le savaient pas. En voyant le succès de cette série, ils ont tissé une toile tellement immense, qu'il devenait quasiment impossible de retomber sur ses pattes. Là où Abrams avait promis que tout pourrait s'expliquer scientifiquement (attention spoilers, si vous n'avez pas encore vu la fin, c'est le moment d'aller voir un autre billet), on nous raconte que l'ile a la capacité de voyager dans le temps, qu'un gus a été jeté dans une grotte et s'est transformé en fumée noire malveillante dont la discrétion n'est pas la plus grande qualité, alors que son frère est devenu immortel en buvant un peu d'eau croupie et doit protéger l'ile à tout prix, alors comme seule occupation, il marque des noms sur un mur et fait en sorte que ces gens, dont il voit la vie en direct via des miroirs maaaaagiques, viennent à lui afin de les tester pour savoir s'ils pourront prendre la relève en temps que gardien de l'ile ou pas et raye leur nom de la liste le cas échéant (*check*)... Réaliste n'est-ce pas ? Et encore, vous ne connaissez pas la meilleure ! Au sein de l'ile se terre le mal absolu retenu par... ... ... un bouchon. Là vous vous dites, c'est une image, cette information est à prendre au sens figuré ? Et bien non, c'est bel est bien un bouchon (un gros quand même, faut pas déconner, du style bouchon de champagne Moët et Chandon taille XXXL) qui retient les forces malveillantes dont le hippie en chemise blanche (mi-Duncan McLeod mi- David ou Jonathan) s'est coltiné la surveillance pendant des milliers d'années... Je ne sais pas vous, mais j'ai eu l'impression d'avoir été pris pour un con pendant 6 saisons (soit 127 épisodes ce qui représente 5 jours et 7 heures)... Nous sommes à des années lumières des énigmes telle que celle des numbers 4 8 15 16 23 42 qui avait passionné les foules à l'époque et je ne préfère pas parler de toutes ces questions auxquelles nous n'aurons jamais de réponse, ou de la Dharma Initiative qui est passée à la trappe sans qu'on sache pourquoi... Quant à la scène finale qui peut laisser supposer tout et n'importe quoi (qu'ils sont morts et sont passés par le purgatoire avant d'atteindre le paradis, que Jack a tout imaginé et meurt, qu'ils se sont faits enlever par des bébés aliens à l'imagination débordante...), dans le style porte de sortie parce que les scénaristes ne savaient pas quoi faire d'autre, je pense qu'elle pourra servir d'exemple dans les écoles de cinéma. Si j'avais été à leur place, j'aurais fait comme sur Koh-Lanta, à les faire finir sur les poteaux, ça aurait été plus intéressant ! :p

Vous l'aurez compris, au final je suis déçu, mais je m'y attendais tellement qu'au final, ça ne m'a pas plus chagriné que ça... Les séries qui durent ne sont pas souvent les meilleures, comme toujours, le business est plus fort que tout, et c'est bien dommage ! Lost, c'est bel et bien fini, et je ne le regretterai pas !

J.J. Abrams, un génie qui tire trop sur la corde…

Comme je l'avais annoncé dans mon dernier billet à propos de Fringe, je souhaitais vous en dire un peu plus à propos de la façon que j'ai de voir les productions de J.J. Abrams. J'étais un "huge" fan d'Alias, adorant les histoires d'espions, les gadgets et compagnie... La série cartonnait et j'ai accroché à quasiment tous les épisodes des 2-3 premières puis le scénario a commencé à dériver dans quelque chose qui n'était, selon moi, pas du tout cohérent avec le début de la série, et je dois avoué avoir été très déçu...
Ensuite, il y a eu l'affaire LOST. Que dire... C'est une des séries qui m'a rendu le plus addicted (avec 24) lors de sa première saison ! Aucun temps mort, une histoire de fous, des décors magnifiques, un montage au poil et des cliffhangers dont tout le monde se souviendra... La 2e saison était bien dans la continuité et même si je commençais à m'habituer à tous ces noeuds dans l'histoire, le scénario était tel que je ne pouvais qu'adorer ! Puis j'ai commencé à sentir que les scénaristes voulaient faire durer éternellement l'histoire et ont donc rajouté tout un tas d'éléments sans jamais donner de réponse sur quoi que ce soit, et là, ce qui devait arriver arriva, je me suis lassé, encore une fois... Je dois cependant avouer que je regarde toujours la série (5e saison en cours) et même si j'ai l'impression que ça reprend un peu de punch, j'ai été dégouter de voir qu'on ose faire ça aux téléspectateurs... Bien sûr, je ne suis pas naïf, je sais très bien que c'est une histoire de gros sous et que tant qu'une affaire marche, il parait évident de l'entretenir, mais si la matière première (ici le scénario) vient à manquer, il faut savoir passer à autre chose. Et qu'on ne vienne pas me dire qu'au bout de 5 saisons, il est difficile d'innover, car il suffit de prendre 24 pour exemple. Nous en sommes à la 7e saison et je trouve toujours autant d'intérêt à suivre Jack dans ses missions impossibles, tout simplement parce que le scénario de chaque saison et son montage sont irréprochables, et pourtant, c'est toujours la même chose. Ce bon vieux Jack prêt à tout pour sauver les Etats-Unis et son Président, mais au final, ça fonctionne...

En bref, je pense sincèrement que ce monsieur est un big boss dans son domaine mais qu'il y a un problème dans son "business plan", il est peut être trop gourmand, ou trop poussé par ses investisseurs. Dommage ! Je ne compte pas finir sur une note négative en espérant que Lost va bien se finir et que Fringe va continuer sur sa lancée ! Puis il ne faut pas oublier que va bientôt sortir (le 6 mai 2009) son dernier film, reprenant la saga culte des Star Treks, avec entre autre Zachary Quinto dans le rôle de Monsieur Spock. Prions pour que ce soit terrible et qu'il ne massacre pas trop la licence même si le trailer donne envie:

Jeffrey Jacob Abrams, je vous adore, mais par pitié, arrêtez de dénaturer vos concepts (genre il va venir me lire ici et en Français en plus xD) !

Fringe, la dernière série en date de J.J. Abrams

fringeserie

Il y avait un moment que je n'étais pas venu vous parler de mes coups de coeur pour les séries alors me revoilà pour une que j'ai découvert il n'y a que quelques semaines et dont vous avez peut être entendu parler: Fringe. C'est en fait le dernier bébé de J.J. Abrams (cf Felicity, Alias, Lost), créateur de génie qui réussit à chaque fois à nous surprendre par des concepts de folie ! Pour le coup, je n'ai pas été déçu. Cette série est un mélange d'investigations clairement axées science-fiction (bien que ça puisse ne pas en être puisque elles sont expliquées dans la série comme des résultats de recherches scientifiques très avancées) et de complot. Tout commence par un crash d'avion (thème récurrent chez Abrams), mais ne vous en faite pas, ce n'est pas du tout un LOST bis. L'agent Olivia Dunham du FBI devient notre guide dès le début dans ce qui se révèlera être une suite d'enquêtes qui ne sont finalement pas si isolées les unes des autres. Vous vous rendrez vite compte, en même temps qu'elle, que toutes les explications à ces énigmes scientifiques frôlent le surnaturel et c'est pour ça qu'elle se fera recruter par l'agent Broyles qui dirige une branche un peu spéciale de l'agence gouvernementale, dénommée Fringe dont la tâche est d'enquêter sur tous ces faits de "fringe science" (ce qui signifie en français, "science marginale"). Elle sera assistée par Walter Bishop, un brillant "fringe scientist" interné pour avoir "tué" son assistante, mais qui a travaillé sur la base de la plupart de ces projets, ainsi que de son fils Peter.

fringe

Je trouve le style assez proche pas mal d' X-Files, avec ce côté très mystérieux, un épisode une affaire, plongé dans les secrets gouvernementaux, tout en restant beaucoup plus scientifique et rationnel (pour le moment en tous cas), et je dois avouer que c'est très prenant car en plus de chaque affaire élucidée par épisode, la trame de fond est terriblement bien ficelée. Encore un chef d'oeuvre tout droit sorti de l'esprit de M. Abrams qui a un don pour nous rendre accro à ses produits. En espérant que cette fois, il sache s'arrêter au bon moment pour ne pas rendre la série vide de tout intérêt à force de répétition ou de scénarios complètement tordus dont il a également le secret. A force de tirer sur la corde, elle finit toujours par lâchée, et il a un lourd passif à ce propos.  Je vais sûrement dédier un autre billet à ce propos car j'ai pas mal de chose à dire !

En tous cas, n'hésitez pas à jeter un coup d'oeil à cette série qui en vaut vraiment la peine. Je vous laisse sur ces mots avec la vidéo promo pour encore plus attiser votre curiosité: