Breaking Bad, une série à l’alchimie parfaite

Aujourd'hui, je viens vous parler d'une série qui s'est achevée il y a tout juste quelques jours après 5 saisons de bons et loyaux services : Breaking Bad.

Le pitch

D'un côté nous avons un prof' de chimie talentueux dans son domaine (interprété par Bryan Cranston), passé à côté d'une vie qui aurait pu se révéler bien plus faste et trépidante. Au départ, il ne cherchait qu'à laisser de quoi subvenir à sa famille ne pensant pas qu'il échapperait au cancer pour lequel il se fait diagnostiquer au début. À l'instar de Dexter, où le personnage éponyme nous est de suite dépeint comme très sombre du simple fait de son état de serial killer, Walter White est présenté comme un citoyen lambda qui se prendra au fil des saisons à rêver de devenir le roi des dealers sans jamais oser se l'avouer.
De l'autre côté, son acolyte de fortune, Jesse Pinkman (interprété par Aaron Paul), ancien élève du premier, dealer de bas étage dès que l'histoire commence et qui souhaitera plusieurs fois tout arrêter, se rendant compte que tout était allé beaucoup trop loin.

Bonne idée de Vince Gilligan (créateur, scénariste, réalisateur et producteur du show), que cette inversion des rôles entre ce jeune fou-fou accro' aux drogues en tout genre qui essaiera tant bien que mal de raisonner un père de famille cinquantenaire qui devrait avoir la tête sur les épaules. Un duo de choc qui aura fonctionné à merveille pendant ces 62 épisodes que compte la série.

breaking-bad-logo

Évolution et non pas révolution

À mes yeux, une continuité dans le comportement des personnages est très importante pour l'immersion générale. Rien de plus frustrant que d'assister à une histoire où les retournements prennent le pas sur le caractère des personnages. Un revirement de situation ? Oui. Des twists loufoques à répétition qui n'ont aucun sens par rapport à tout se qui s'est passé précédemment ? Non ! Dans le cas présent, rien à redire. Walt crée sa destinée et ce qui en découle n'est que pure logique, entraînant avec lui Jesse qui n'avait pourtant rien demandé. Je ne suis pas du tout en train de dire que tout est prévisible, loin de là, c'est juste que l'ensemble reste cohérent.

Cette double vie que qu'entreprend Walt est une renaissance. Il est déterminé comme jamais à aller au bout et à être le maître respecté et incontesté de sa nouvelle profession.

breaking-bad-jesse-walt

#GoodbyeBreakingBad & #ThankingBad

Avec cette ultime 5ème saison, la série aura réussi à s'arrêter avant de s'essouffler, chose suffisamment rare pour être notée. De plus, je ne vous spoilerai pas la fin, mais elle est magique et conclue la série de la meilleure des façons. Qu'il est rare de voir un show TV d'une telle qualité tant au niveau du scénario, du jeu d'acteurs, de l'image, du son...
Si vous ne vous êtes pas encore laissé tenter, il est encore temps ! Goodbye Mister White.

breaking-bad-jesse-walt-2

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aucun trackbacks pour l'instant