Curiosity s’est posé sur Mars en ce 6 août 2012

Lancé le 6 novembre 2011 depuis la base de Cap Canaveral, et après 9 mois de voyage à travers l'espace, Curiosity s'est posé sans encombre dans le cratère Gale le jeudi 6 août 2012 aux alentours de 7h31 (heure de Paris). Pour plus de détails, je vous invite à consulter des sources d'informations bien plus pointues que ce blog (la page Wikipedia le concernant par exemple) car ce qui m'intéresse ici, c'est surtout la prouesse technique et cette capacité qu'a l'Homme d'entreprendre des projets fous et de mettre en œuvre tous les moyens dont il dispose pour y arriver, le poussant à inventer ce qui n'existe pas encore pour atteindre son objectif. Rendons-nous compte de l'exploit réalisé : un robot fabriqué sur notre bonne vieille Terre va pouvoir photographier Mars à partir du sol, analyser les différents éléments qui l’entourent et nous faire parvenir le tout dans la foulée sans même avoir à quitter le sol martien qui se trouve pourtant au minimum à 0.3727 années lumières, soit  55.758 millions de km, rien que ça ! À noter que les informations peuvent mettre entre 8 et 42 minutes pour nous parvenir.

Après tout ce temps passé à la conception du robot, de son plan de vol et des milliers de choses annexes le concernant, c'est avec succès que la première étape d'une longue série (en tous cas je l'espère) a pris fin après que Curiosity a enfin foulé la surface de Mars. Quelle fierté pour les équipes qui ont travaillé d'arrache-pied sur cette phase du projet. Si vous avez vu la conférence de presse qui a suivi, l'émotion était au rendez-vous.

 Photo prise par Curiosity le 23 août 2012 (source Nasa.gov)

Comme beaucoup d'entre nous, je dois bien avouer que l'exploration spatiale me fascine. Rien que le fait d'imaginer que nous puissions analyser, photographier, voir même envoyer des gens sur une autre planète me laisse rêveur. C'est le genre de scénario que j'adore dans les films ou les livres de science-fiction, alors que dire quand cette dernière rejoint la réalité. Le hasard a fait que j'ai visité la Cité de l'Espace il y a peu, et qu'une exposition temporaire sur la planète Mars en l'honneur du voyage (alors en cours) de Curiosity nous a été proposée. À cette occasion, je me suis rendu compte que mes connaissances concernant la planète rouge n'étaient pas vraiment reluisantes, inutile de vous dire comme j'ai regretté de n'avoir pas été plus attentif en cours.

Après m'être documenté un minimum sur l'équipement dont dispose Curiosity et avoir vu sa représentation grandeur nature à la Cité de l'Espace, je n'arrive toujours pas à imaginer le nombre de technologies embarquées dans cette aventure. Je peux qu'imaginer l'exigence, la précision ou le nombre de tests effectués avant son départ; difficile d'aller remplacer un composant défectueux à une telle distance.

Auto-portrait de Curiosity (source Nasa.gov)

Les premières images proposées par le robot, et notamment ce panorama, me donnent déjà l'impression d'être sur la planète rouge alors qu'après 7 semaines passées sur Mars, Curiosity vient de trouver le lit d'une rivière, confirmant la présence d'eau dans le passé sur cette planète qui semble à présent désertique. J'ai hâte de voir la suite des résultats de ces expériences menées par tous ces gens passionnées et fiers de leur travail. Si vous êtes sur Twitter, je vous invite à ajouter le compte @MarsCuriosity afin de suivre ses aventures au jour le jour.

ps : j'avais commencé la rédaction de ce billet quelques jours après l'atterrissage de Curiosity sur Mars, mais je l'ai laissé traîner trop lontemps, voilà pourquoi se mêlent ici mes réactions à chaud et des informations plus récentes.

4 juillet 2012 : R.I.P. ACTA

Ça y est, après plusieurs années de lutte, de retournements de situation, nous y sommes enfin arrivés : ACTA est mort ! Cet accord planifié en secret depuis 2006 souhaitant porter atteinte à la neutralité du réseau des réseaux, sous couvert de protéger le tout puissant copyright (produits soumis aux droits d'auteur, médicaments, etc), est désormais enterré, de notre côté du vieux continent en tous cas.

C'est à 478 voix contre, 39 pour (devinez qui a quand même voté pour 🙂 ) et 165 abstentions que le vote s'est soldé aujourd'hui même au sein du Parlement Européen. Le résultat a été accueilli par ses détracteurs avec une pancarte 'Hello democracy, goodbye ACTA', dans la continuité des parlementaires polonais qui avaient arborés le masque de Guy Fawkes, symbole des Anonymous, en signe de contestation il n'y a pas si longtemps.

Les archives de ce blog (HADOPI en tête de file et plus récemment SOPA/PIPA aux US) sont là pour nous rappeler que la lutte contre ces lois liberticides est loin d'être terminée, c'est un combat quotidien, que nous, citoyens du web, sommes prêts à assumer. ACTA et les mobilisations partout dans le monde en sont la preuve. Les gens sont de plus en plus enclin à bouger leurs fesses de derrière leur écran pour manifester et faire comprendre à leurs élus qu'ils ont bien l'intention de se faire représenter correctement.

Un grand merci à toutes ces personnes qui font en sorte d'informer l'opinion publique sur ces coups foireux antidémocratiques que les grands de ce monde aimeraient bien faire passer en douce, merci également à La Quadrature du Net pour son engagement (il est toujours temps de les soutenir, ce n'est pas fini).

Acta est fabula.

La lutte contre les lois liberticides cherchant à censurer le net n’est pas finie !

Si vous êtes passé par ici jeudi, vous aurez peut être remarqué que le contenu habituel du site était inaccessible et et que toutes les pages redirigeaient momentanément vers celle-ci, contenant le message suivant :

Simounet.net n'est pas accessible aujourd'hui pour protester contre des lois en passe d'être votées aux États Unis permettant la censure d'Internet, même si la majorité des Américains y sont opposés : Stop Online Piracy Act (SOPA) et PROTECT-IP Act (PIPA). Pour le moment, c'est aux US que ça se passe, mais ne soyons pas dupes, nous y aurons droit très bientôt si nous ne faisons rien, et nombreux sont les sites qui pourraient ne plus être accessibles si SOPA et PIPA voient le jour. Nous avons besoin de tuer ces projets de lois tant qu'il est encore temps pour protéger nos droits à la libre expression, la confidentialité et la prospérité de cet espace d'échange à l'échelle planétaire. Pour en savoir plus, je vous recommande d'aller lire cet article de Framasoft ou ce site US qui est dédié à la lutte contre ces lois liberticides : AmericanCensorship.org. Si vous avez un site et que vous souhaitez participer au mouvement, ça se passe ici.

Dans un premier temps, le plus important est de s'informer et d'avertir les gens autour de nous du danger qui nous menace !

Le but de cette démarche était en effet de faire connaitre au grand public la menace qui pèse sur le web et leur faire comprendre ce qui pourrait arriver si nous ne bougions pas les fesses. A l'image de l'initiative prise par Reddit, Wikipedia, WordPress, Mozilla et pas mal de gros autres, de nombreux sites ont donc été en mode "blackout" pendant une journée pour montrer que l'accès à un site tient à peu de chose et qu'il peut disparaitre du jour au lendemain. Si nous laissons nos gouvernements légiférer sur des lois pouvant amener à censurer (oui c'est bien de ça dont il est question ici) n'importe quel contenu, sous couvert de fausse excuses, c'est indéfiniment que ces sites ne seront plus disponibles. Jeudi, c'est contre SOPA et PIPA que nous luttions et le résultat de cette mobilisation a été sans appel :

Nous pouvons dire adieu à SOPA & PIPA mais ne soyons pas dupes, ce genre de proposition de lois est loin d'avoir disparu, et d'autres viendront avec des noms différents. Nul besoin de traverser l'océan Atlantique pour s'en rendre compte, nous sommes ici même, en France, sous le joug de la HADOPI qui ne demanderait pas mieux que de mettre en place les amendements proposés par SOPA & PIPA. Et n'oublions pas non plus l'ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement ou accord commercial anti-contrefaçon).

Le cas Megaupload est un exemple parfait pour montrer ce qui pourrait se passer si ces lois arrivaient à leur but : une coupure pure et simple du site. Loin de moi l'idée de défendre l'empire Mega qui était bien connu pour abriter pas mal de contenu illégal mais il ne faut pas non plus oublier qu'il y avait AUSSI du contenu légal. Ceux qui avaient payé pour cet espace de stockage se retrouvent désormais sans rien... Ajoutez à cela que dans le cas d'un site hébergé sur un serveur mutualisé, si c'est une adresse IP qui etait censurée, tous les sites hébergés via cette même IP deviendraient de ce fait inacessibles.

Tout ça pour dire que la lutte ne fait que commencer, et que si le sujet vous tient un tant soit peu à coeur, suivez les actualités, documentez-vous, parlez-en autour de vous, le fait que le grand public ne soit pas au courant de tout ça n'est pas anodin. N'hésitez pas à vous faire connaitre au près de vos représentants (députés, sénateurs et eurodéputés), ils sont là pour ça ! Et si vous souhaitez encore plus vous investir dans ce mouvement, je ne peux que vous recommander d'aller donner un coup de main (ou faire des dons) à la Quadrature du Net qui se bat au quotidien pour :

  • vulgariser les amendements de toutes ces lois afin qu'elles soient compréhensibles par le commun des mortels
  • communiquer sur ces sujets avec un maximum de gens
  • monter au créneau à chaque fois

Le web est NOTRE espace de libertés, préservons la neutralité du réseau, ne laissons pas des gens qui n'y connaissent rien nous l'enlever au profit des lobbies qui ne pensent qu'à leur portemonnaie !

R.I.P. Steve (24 février 1955 – 5 octobre 2011)

Les personnes qui me connaissent un tant soit peu pourront le confirmer, je ne suis pas un fanboy d'Apple, loin s'en faut. Mais ce n'est pas par rapport à la firme à la pomme croquée que j'ai souhaité rédiger ce billet mais par rapport à l'homme qui l'a co-fondée et menée d'une main de maître toutes ces années. Cet entrepreneur parti de rien (2 gus dans un garage...) est considéré par ses pairs et par tous les amateurs d'informatique et de nouvelles technologies (exception faîte des trolls écervelés) comme un visionnaire. Diagnostiqué comme atteint d'un cancer incurable du pancréas qui ne devait lui laisser que quelques mois à vivre, il l'aura combattu pendant 7 ans ! L'homme aux lunettes rondes, en cols roulés noirs et vieux jeans délavés n'aura cédé les clés de la boutique qu'au dernier moment, un peu plus d'un mois à peine avant de s'éteindre... Souvent critiqué à cause sa personnalité (égocentrique,tyrannique envers ses employés, prêt à tout pour arriver à ses fins), cet homme qui n'a jamais rien eu d'un technicien (il n'a fait "que" lancer l'Apple I et l'Apple II produits que son ami de l'époque, Steve Wozniak, avait conçus de toutes pièces) restera comme le CEO le plus doué de son époque. Il est arrivé à anticiper/créer les besoins d'objets du futur de par sa vision des choses, mais aussi et surtout parce qu'il a su bien s'entourer dès le départ (rien de péjoratif là dedans, c'est une des clés de la réussite non ?). Au fil des ans, le mystère, la magie, autour des produits qu'il présentait comme dans une pièce de théâtre lors des fameuses keynotes d'Apple (qui n'a pas entendu parler de ses gimmicks: "it's a revolution", "one more thing") ont fait mouche auprès du grand public, et c'est une vraie communauté d'Apple addicts qui s'est créée. Qui ne connaît pas encore l'iPod, ou l'iPhone, ou plus récemment né, l'iPad ?  Jusqu'à sa mort un homme incarnait à lui seul cette énorme entreprise et tous les produits qui en dérivent : Steve Jobs.

Bien que je n'adhère pas vraiment aux produits et à la philosophie de son "oeuvre", le geek-computer-addict qui réside en moi n'a pu qu'être touché par sa disparition, d'où ce billet... Pas de louanges, ni de réelles critiques personnelles ici, juste une marque de reconnaissance.

ps : ce billet a bien été publié le 12 octobre 2011 mais je l'ai symboliquement daté du 5 😉

R.I.P. Steve

Earth Hour 2011: éteignons les lumières entre 20h30 et 21h30

Ce billet est un peu tardif puisque l'évènement a lieu ce soir mais comme dit le dicton: "mieux vaut tard que jamais" ! Si vous ne connaissez pas encore le concept Earth Hour, il s'agit d'éteindre toutes les lumières de l'endroit où nous nous trouvons pendant une heure pour lutter symboliquement contre le réchauffement climatique.

Organisé annuellement par la WWF (Fonds mondial pour la vie sauvage) depuis 2007 à Sydney, ce ne sont pas moins de 126 pays, 1200 monuments et 4000 villes qui vont y participer ce 26 mars 2011 de 20h30 à 21h30. Si vous vous sentez concernés, n'hésitez pas à rejoindre le mouvement et faites ce petit geste en faveur de notre planète. Pour en savoir plus, je vous invite à vous rendre sur le site officiel Earth Hour mais également à faire un tour sur le site français de la WWF où vous pourrez trouver un tas d'informations diverses et variées à propos de la protection de la planète ainsi que toutes les actualités s'y rapportant. Au vu des actualités qui nous entourent en ce moment, je ne pense pas que ce soit du luxe de se renseigner sur les manières de la protéger à notre petite échelle.

Liens utiles: