2

Her Story, une expérience vidéoludique à essayer

Avec Her Story, jeu indé sorti en juin 2015, Sam Barlow, papa des Silent Hill, nous propose un style différent, loin des sentiers battus. Son gameplay se résume à l'action de taper des mots dans un moteur de recherche. Vous piochez ainsi dans une base de données qui lie ces mots à des vidéos qui nous permettent d'en apprendre plus sur une enquête policière. Je ne vous en dirai pas plus sur l'histoire afin de ne pas en gâcher la découverte mais pour ma part, je me suis pris au jeu.
La durée de vie est raisonnable bien qu'un peu courte. Comptez environ 4 heures pour en venir à bout. Le challenge réside surtout dans notre volonté d'accéder à l'intégralité de la base de données.

Je trouvais important de soutenir ce type d'initiatives créatives. Ce jeu pourrait très bien servir de matière première pour un autre souhaitant aller encore plus loin. Ce système pourrait être intégré à un autre plus vaste permettent d'y ajouter des embranchements, nous laissant maître de la conclusion.
Her Story est disponible sur la plate-forme Humble Store pour 3,59€ jusqu'au 29 janvier 2015 et sinon vous devrez débourser 5,99€.

her-story-sam-barlow

 

Liens utiles :

0

Suivez la création d’un jeu vidéo sur le Thimbleweed Park Development blog

Si les jeux vidéos vous intéressent et que vous êtes curieux de savoir comment ils sont construits, je vous invite à aller lire le blog du développement de Thimbleweed Park. Ce dernier a été kickstarté par 2 grands noms à l'origine du point & click Maniac Mansion. Au rythme d'au moins un billet par semaine, Ron Gilbert et Gary Winnick nous proposent de suivre leur aventure durant toute la durée de création (et même après à mon avis). Les sujets ne manquent pas : idées ajoutées ou supprimées, design, histoire, adoption d'outils de développement ou construction de nouveaux. Ron est plus axé sur le développement du jeu, le moteur, le gameplay. Gary, lui, est plus porté sur le design, l'animation ou l'écriture du scénario. Ces deux facettes complémentaires prennent la plume chacun leur tour pour nous permettre d'avoir une vision globale du processus de création.

Pour nous autres, simples consommateurs, c'est une belle opportunité d'en apprendre plus sur cet univers qui nous passionne. Ce blog est une étude de cas concrète sur la création d'un jeu vidéo par des professionnels aguerris.

Je leur souhaite bon courage et j'ai hâte de pouvoir jouer au produit fini.

Lien utile

0

Jouez tout en faisant une bonne action avec les Humble Bundles

Aujourd'hui, je vous propose un billet à propos d'une action coup de cœur qui devrait intéresser les âmes charitables et gamers (hardcores comme casuals) que vous êtes et qui ne connaitraient pas encore cette jolie initiative. Il s'agit de packs de jeux indépendants (indie games) proposés pendant une durée déterminée et pour lesquels vous et vous seul fixez le prix que vous souhaitez y mettre. En plus de rémunérer les gentils développeurs à l'origine de ces jeux qui sortent de l'ordinaire, vous avez la possibilité d'attribuer une partie de la somme à des œuvres de charités telles que l'Electronic Frontier Foundation (luttant dans l'intérêt public pour défendre la liberté de parole, la vie privée, l'innovation et les droits des consommateurs sur internet) ou Child's Play (distribuant des jouets, des livres et des jeux-vidéos aux enfants résidant dans des hôpitaux). A noter que les packs sont disponibles pour Windows, Linux et Mac OS, de quoi contenter tout le monde (enfin tous les joueurs utilisant un clavier et une souris :p). Il est possible d'ajouter les clés fournies sur le site Humble Bundle sur Steam, Desura et On Live en fonction des plate-formes que vous avez l'habitude d'utiliser. N'oubliez pas de suivre @Humble sur Twitter, d'aller de temps en temps sur le site ou encore de consulter l'adresse mail que vous aurez renseignée lors du paiement car les bundles évoluent et de nouveaux jeux peuvent y être ajoutés ultérieurement.

En ce moment (et pour encore 12 jours), c'est le Humble Voxatron Debut qui propose l'excellent (et déjà célèbre) Block That Matter (production française qui plus est, dont le test par Mement0 sur Console Syndrome est disponible ici), The Binding of Isaac et Voxatron Alpha. Pour vous donner une idée, voici quelques hits déjà parus dans les Humble Bundles précédents : World of Goo, Penumbra, Braid, VVVVVV et j'en passe !

Une belle manière de faire une bonne action tout en se faisant plaisir. C'est aussi une occasion de montrer que nous autres, internautes, ne sommes pas que des consommateurs de gratuit ou des vilains tipiaks. A vos porte-monnaie électroniques et à vot' bon cœur ! :)

Liens utiles :

0

Review de From Dust, le dernier jeu d’Eric Chahi

Je vous avais parlé il y a quelques mois de la sortie du dernier "bébé" d'Eric Chahi, From Dust, et je viens naturellement vous en faire une review après l'avoir dévoré.  Parlons tout d'abord de sa durée de vie quelque peu limitée, j'ai fini le jeu en à peine quelques heures - pré-commandé chez Ubisoft ne sachant pas qu'il allait sortir sur Steam, pas de certitude, mais à la louche, je dirais 3-4. La prise en main s'est faite naturellement, les commandes étant peu nombreuses et assez intuitives. Pour ce qui est de l'histoire, comme je l'avais expliqué dans mon précédent billet, nous incarnons une divinité appelée le Souffle, chargée de protéger et de faire évoluer une tribu primitive sur différentes îles/cartes où la nature impose chaque fois des règles bien particulières. Les phénomènes climatiques sont impressionnants et très bien réalisés, que ce soit la propagation de la végétation, les tsunamis ou les éruptions volcaniques, tout ça fonctionne très bien. Du côté des interactions du joueur avec la matière (nous pouvons déplacer l'eau et la terre, mais aussi façonner la roche à l'aide de la lave produite par les volcans), j'ai trouvé ça très fun et les univers étant assez variés, je n'ai pas eu le temps de m'en lasser - que le jeu soit court y est sûrement pour quelque chose.

C'est vraiment dommage mais j'ai trouvé que le jeu prenait toute sa puissance dans sa dernière carte. Quelle idée de donner les gros pouvoirs (possibilité de modelage du terrain, d'ajout de cours d'eau, de volcans...) à la toute fin du jeu ? Je conçois tout à fait qu'il aurait été stupide d'être tout puissant durant la majorité de l'histoire, mais n'avoir ces atouts que sur une seule carte est assez frustrant, alors certes j'en ai bien profité mais en repensant aux tableaux précédents, je me suis dit qu'ils auraient pu être encore plus intéressants avec ces possibilités supplémentaires. C'est comme si les développeurs avaient souhaité nous récompenser d'avoir correctement mené notre tribu tout du long. Dans tous les cas, la dernière carte est vraiment à faire ! En revanche, quelle ne fut pas ma déception en assistant à la fin du jeu sans réelle cinématique ! Oui, je sais que j'attache de l'importance à des détails, mais quand même... Je ne demandais pas une pure animation de 10mn, simplement une comme nous en avons eu tout au long du jeu, pour clore l'histoire d'une plus belle manière que ce qui est proposé ici.

Une fois terminé et si vous n'avez pas été trop mauvais car chacun de ces mondes se débloquent au cours du mode histoire, le mode défi vous permettra de continuer l'aventure et d'y trouver un peu plus de challenge. Chaque épreuve concerne des problèmes bien particuliers (éteindre une énorme barrière de feu qui encercle et menace de détruire votre village, tsunamis imminents et j'en passe), et vous n'aurez accès qu'à certains pouvoirs pour vous en sortir, ou plus exactement pour protéger votre tribu. Je n'ai pas encore tout fini, mais pour le coup, j'ai dû refaire plusieurs fois chaque carte pour y arriver. Ça fait plaisir !

Autres bonus à débloquer, les mémoires tribales, qui sont en fait des textes approfondissant l'histoire et les différents éléments du jeu. C'est sympa mais j'aurais préféré des artworks (dans le style des images sélectionnées dans ce billet par exemple), un petit making off de la réalisation ou encore un mix de tout ça. Là, très sincèrement, j'ai dû en lire deux, histoire de voir ce que ça donnait, mais pas plus.

Autre remarque négative ne concernant pas le jeu mais son éditeur, Ubisoft, car je vous l'ai déjà dit plus haut, j'avais pré-commandé le jeu sur leur plateforme et je n'ai tout simplement pas pu ajouter ma clé sur Steam par la suite... Ça sent le coup fourré à plein nez et c'est assez désagréable. Si j'avais su qu'il allait sortir sur la plateforme de Valve, je l'y aurais pris sans hésiter. Rajoutez à cela le pseudo lanceur obligatoire totalement useless qui vous propose 15 fois la même mise à jour, et vous comprendrez que, sauf cas de force majeure, je ne suis pas prêt de remettre les pieds chez Ubi...

Pour conclure sur une note plus positive, je ne suis pas déçu de From Dust, il a même dépassé d'un poil mes espérances et j'espère vraiment qu'il y aura un From Dust 2 utilisant ce volet comme d'un bac à sable. J'attends de toutes manières le prochain jeu d'Eric Chahi avec impatience !

Screenshot du jeu

10

From Dust, sortie imminente du nouveau jeu d’Eric Chahi

Eric Chahi, mais qui est-ce ?

Les plus jeunes d'entre vous ne doivent pas le connaître mais Éric Chahi fait partie des grands hommes du paysage vidéo-ludique français. Créateur des graphismes et des illustrations du jeu Les Voyageurs du Temps (1989) produit par Delphine Software - société à l'origine de gros hits dans les années '90 comme Les Voyageurs du Temps cité précédemment (1989), Croisière pour un Cadavre (1991), Flashback (1992) ou Darkstone (1999) qui a fermé ses portes en 2004 - l'oeuvre qui l'aura le plus marqué restera Another World (1991). Ce jeu d'action plateforme est révolutionnaire de par sa réalisation à l'aide de techniques novatrices telles que la modélisation vectorielle à l'aide de polygones (afin de gagner de l'espace mémoire très limité sur les disquettes 1.44Mo de l'époque) donnant comme résultat des animations jamais vues, ainsi que le procédé du rotoscoping consistant à filmer une action ou un objet puis de décalquer image par image ce qui nous intéresse pour l'insérer dans le jeu (ou le film, Star Wars et ses sabres lasers ou Tron en sont de parfaits exemples), ce qui donne un rendu très fluide et réaliste. Ajoutez à tout ça qu'Eric Chahi a réalisé seul l'intégralité du travail (à l'exception de quelques musiques), que ce soit développement (il a même créé son propre éditeur de polygones), l'animation, le design...
Inutile de vous dire que c'est un travail de titan qu'il a accompli tout seul, voilà pourquoi (entre autres choses) Monsieur Eric Chahi mérite le respect. Another World, titre culte de mon enfance - que je n'ai réussi à finir que bien plus tard tellement il était difficile - a pourtant été occulté par pas mal de joueurs, éclipsé par Flashback sorti un an plus tard qui lui ressemblait beaucoup sans pour autant reprendre le côté ovni de son grand frère indirect (Chahi n'y ayant pas du tout participé). Le côté novateur, décalé, avec une trame scénaristique très forte digne d'un film, est sans conteste à l'origine de pas mal de jeux indépendants qui sortent de nos jours.
Il n'est plus tout seul pour son second gros projet Heart of Darkness (1998) qui sortira après 6 ans de développement mais n'aura pas le succès escompté. Ce jeu en 2D arrive au moment de la transition 2D/3D et se confronte à l'Odyssée d'Abe (décidément il n'a pas de chance avec la concurrence) sorti un an plus tôt, qui restera LA référence dans le coeur des joueurs.

Première scène jouable d'Another World

From Dust, la nouvelle orientation vidéo-ludique d'Eric Chahi

Après cette expérience décevante, il se détournera quelques temps des jeux vidéos pour s'adonner à la peinture et à la photographie. Son nouveau projet From Dust est un jeu à monde ouvert, dans la lignée des god games de Peter Molyneux, créateur de Populous (1989), Powermonger (1990), Theme Park (1994), Dungeon Keeper (1997), Black & White (2001) et plus récemment de la saga des Fable. Eric Chahi étant passionné par les volcans et leur côté imprévisible, c'est dans ce cadre que nous incarnerons une divinité (le Souffle), invoquée par une tribu pour les aider à survivre et à évoluer en adaptant leur territoire en fonction des changements climatiques (tels que des tempêtes, des tornades, des tsunamis, des éruptions volcaniques et j'en passe). Dans ce monde, tous les mécanismes naturels sont amplifiés, que ce soit l'érosion, le temps, le dynamisme géologique : tout se passe à la vitesse grand V. C'est nous qui pourrons transférer de la matière pour faire évoluer les choses dans une idée très lavoisienne : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Le jeu doit sortir le 27 juillet prochain (soit dans quelques jours), mais nous n'en savons pas beaucoup plus, ce qui n'est pas plus mal, la découverte est toujours un plaisir très appréciable mais trop souvent bafoué. Il ne semble possible de le pré-commander qu'en version digitale pour 14.99€ sur le store d'Ubisoft (ici), sur le Xbox Live, et sur le PSN. Autant vous dire que j'ai déjà fait ma réservation ! J'essaierai d'écrire une review à son sujet dès que j'y aurai suffisamment joué pour m'en faire un avis global. Les vidéos que j'ai vu sur la toile me laissent présager quelque chose de bon. La seule chose dont j'ai peur, c'est que, comme souvent dans les god games, les actions et les quêtes ne se renouvellent pas... Espérons que ça ne soit pas le cas ici.

Je vous laisse en compagnie d'Eric Chahi dans 2 vidéos : une interview par Gameblog lors de l'annonce de la sortie de From Dust, et une autre tournée par GameKult à l'occasion du 20ème anniversaire d'Another World.

Je vous invite également à aller écouter l'interview d'Eric Chahi réalisée pour un podcast d'Abandonware-France disponible ici, elle dure presque une demi heure et est très intéressante.

Liens utiles :