Paramétrer la résolution d’affichage et la langue de World of Goo sur Steam

J'ai récemment acheté le jeu World of Goo sur Steam et j'ai rencontré 2 problèmes dû au fait qu'il ne semble pas y avoir de panneau de configuration permettant de modifier au moins la résolution et la langue du jeu.

Changer la résolution d'affichage de World of Goo

A cause de mon dual screen, l'affichage par défaut faisait tout simplement planter le jeu dès son lancement. J'ai cherché un moment si je ne pouvais pas régler ça via Steam, sans succès. Voici donc la marche à suivre :

  • rendez-vous dans le dossier où vous avez installé Steam (par défaut il est dans Program Files)
  • parcourez les dossiers suivants
  • steamapps\common\world of goo\properties

  • éditez le fichier config.txt
  • remplacez la valeur (value) du paramètre screen_width par la largeur de la résolution souhaitée, exemple :
  • <param name="screen_width" value="1920"/>

  • remplacez la valeur (value) du paramètre screen_height par la hauteur de la résolution souhaitée, exemple :
  • <param name="screen_height" value="1080"/>

  • sauvegardez, quittez puis relancez le jeu

Changer la langue des textes de World of Goo

Cette astuce peut se révéler pratique si votre Steam est en anglais mais que vous souhaitez jouer en français.

  • rendez-vous dans le dossier où vous avez installé Steam (par défaut il est dans Program Files)
  • parcourez les dossiers suivants
  • steamapps\common\world of goo\properties

  • éditez le fichier config.txt
  • remplacez la valeur (value) du paramètre language par les 2 premières lettre de la langue souhaitée (fr pour le français, en pour l'anglais), exemple :
  • <param name="language" value="fr"/>

  • sauvegardez, quittez puis relancez le jeu

J'espère vous avoir été utile, et si jamais vous n'avez pas encore joué à ce jeu, je vous le recommande !

Un nouveau jeu iPhone, iPod Touch, iPad gratuit par jour sur Freegli

Si vous avez déjà parcouru l'App Store avec votre périphérique Apple, le nombre plus qu'impressionnant d'applications gratuites ou payantes vous aura certainement effrayé, et faire son choix dans tout ça n'est pas évident... Ajoutez à cela que les applis payantes peuvent devenir gratuites pour une durée limitée, et la chasse aux bonnes affaires ne vous laissera plus qu'une solution : vous arracher les cheveux ! Mais heureusement, Freegli est là ! Disponible depuis 6 mois, les éditeurs de ce site sélectionnent pour vous des jeux payants iPhone, iPod Touch et iPad passés gratuits pour quelques temps. Le concept est simple : 1 nouveau jeu par jour à 10h10 pétante. Plus la peine de se prendre la tête, rendez-vous quotidiennement sur leur site, ajoutez leur flux RSS ou leur compte Twitter pour profiter du Freegli du jour.

Le site est agréable, bien pensé et il permet de consulter les différentes entrées par catégorie en fonction de vos préférences. La seule forme de publicité étant les liens d'affiliation avec l'App Store pour chaque jeu, quoi de plus normal pour un site concernant exclusivement ce dernier. Aucune bannière de pub ne vient déranger la navigation. L'inscription gratuite sur le site permet d'accéder à une plus grande liste d'applications gratuites et d'être tenu au courant des nouveautés via leur newsletter.

Une application iPhone (et iPad un peu plus tard) dédiée à ce service devrait être disponible d'ici quelques jours. Il se pourrait également qu'une version de Freegli pour Android voit le jour, mais les p'tits gars qui sont derrière attendent d'être sûrs de leur coup, les conditions n'étant pas les mêmes (moins d'applis payantes, différents markets...) : wait & see !

Si vous avez des suggestions à leur faire, n'hésitez pas à les contacter, ils sont fort sympathiques.

[EDIT du 14.06.11]

Ca y est, leur application iPhone est désormais disponible sur l'App Store ici.

Liens utiles :

Review de DeathSpank Orphans of Justice et Thongs of Virtue

Je vous en avais déjà parlé ici il y a un petit moment, DeathSpank est le dernier né en date de Ron Gilbert. Bien qu'il soit sorti le 13 juillet 2010, et disponible depuis sur Steam (PC), le Xbox Live, et le Playstation Network, je n'ai pu y jouer que récemment. Pourquoi me direz-vous ? Et bien je comptais vous en parler ici, mais pour ne pas empiéter sur cette review, cela fera l'objet d'un prochain billet.

Le héros de cette aventure se prénomme DeathSpank, the Vanquisher of Evil, the Dispenser of Justice (et j'en passe), une sorte de chevalier paresseux incorruptible (se faire corrompre étant trop fatiguant pour lui) à la recherche de l'objet ultime: the Artefact ! Sa mission lors du premier épisode sera de délivrer les pauvres orphelins (d'où le titre de l'épisode, Orphans of Justice) enlevés les  par les hommes de main de l'ignoble Lord Von Prong. Comme dans un Diablo-like, il nous faudra acquérir de l'expérience en pourfendant les vilains méchants et en accomplissant les diverses quêtes qui nous seront confiées pour enfin arriver au big boss blondinet à la corde vocale vacillante (ceux qui ont terminé le jeu comprendront). L'aventure est ponctuée tout du long de scènes narratives au style très particulier (ne vous attendez pas à des cinématiques hollywoodiennes à la Mass Effect ou Starcraft II, rien à voir), avec des doublages énormissimes (d'où la difficulté de localiser le jeu je pense, mais des sous-titres auraient suffi). Tout comme dans les point 'n click, différentes répliques sont proposées lors des phases de dialogue pour rendre DeathSpank encore plus funky. Ce jeu n'est clairement pas destiné aux hardcore gamers avides de difficulté, car j'ai effectué le jeu en mode normal et je n'en ai rencontrée aucune (à voir si en difficile le niveau augmente vraiment, mais j'en doute). C'est pour l'ambiance, les décors, l'histoire, l'humour, la patte graphique que vous jouerez à DeathSpank ! Comme à chaque fois avec Ron Gilbert, l'univers proposé nous fait nous évader, et ses personnages, les objets/accessoires, plus farfelus les uns que les autres, ne font que renforcer cette bulle d'oxygène en contraste avec ces jeux de plus en plus aseptisés et où j'ai l'impression que les créateurs attachent plus d'importance à la beauté graphique qu'au scénario ou à la personnalité et au background des différents caractères.

Mon seul bémol concernant ce jeu, c'est qu'en tant qu'utilisateur de PC, je trouve dommage que les menus (clairement taillés pour la navigation console) n'aient pas été remaniés. Quelle lourdeur là où la souris et le clavier pourraient (sans conteste) faire la différence ! Oblivion syndrom ? Pour ce qui est du gameplay, le système de combo consistant à alterner les coups donnés avec une arme différente à chaque coup (possibilité de switcher entre 2 paires d'armes via la touche TAB) ne m'a pas vraiment séduit, et si ce n'était pas pour les attaques spéciales, je ne m'en serais tout bonnement jamais servi. La facilité déconcertante du jeu doit y être pour quelque chose: dommage !

Pour ce qui est de DeathSpank Thongs of Virtue, l'aventure reprend là où la 1ère s'était arrêtée (les 2 volets ne devaient au départ ne faire qu'un), et une fois Lord Von Prong occis, nous voilà chargés par la Red-Haired Woman (l'étrange rouquine qui apparait de temps en temps pour donner le fil conducteur de la quête de DeathSpank) de récupérer tous les strings aux pouvoirs magiques (si si, je vous assure que c'est bien de ça qu'il s'agit) créés au mont Bacon pour faire le bien mais ayant perverti leurs porteurs. Après avoir navigué dans un univers moyenâgeux où les épées, arbalètes et boucliers faisaient de nous un chevalier à fière allure, c'est désormais celui de la guerre contemporaine (auquel j'ai moins accroché, je dois l'avouer) qui fait rage avec ses grenades et autres armes automatiques. Exit Lord Von Prong et sa coiffure à la L'Oréal, c'est maintenant à Santa Claus (le Père Noël) que nous allons nous frotter ! Tout le reste est inchangé, we're back in the business !

Vis à vis de ce volet, le fait qu'il ne soit pas possible de reprendre son personnage pour poursuivre l'aventure dans Thongs of Virtue est le gros point noir auquel je ne m'attendais pas du tout. En tant que joueur PC, j'ai toujours eu l'habitude de trimballer mon/mes perso(s) du début à la fin des extensions d'un même jeu (Diablo, Morrowind, Starcraft, Warcraft), car ne nous y trompons pas, Thongs of Virtue n'est ni plus ni moins qu'une extension de DeathSpank. Quelle ne fût pas ma déception quand je me suis aperçu qu'il me serait impossible de continuer avec MON DeathSpank que j'avais affectueusement fait évoluer jusqu'au niveau 20 dans Orphans of Justice... Unbelievable ! Il ne me semble pourtant pas y avoir de contrainte technique, que ce soit sur PC (of course) , ou sur Xbox/Playstation, entrainant l'impossibilité de récupérer une sauvegarde et d'en tirer les infos nécessaires à une suite ? C'est bel et bien à 2 jeux à part entière que nous avons affaire. Recommencer avec un personnage vide pour continuer une aventure sur laquelle nous avons déjà passé un certain temps me semble anti-immersif au possible... Je n'ai rien trouvé sur le net concernant ce soucis, c'est limite si les tests le mentionnent ! C'est d'autant plus étrange que, comme je vous l'ai dit au début, ces 2 jeux ne devaient faire qu'un...

En conclusion, si vous êtes comme moi un fan de la première heure de Ron Gilbert, vous pouvez y aller les yeux fermés, c'est du tout bon ! Même chose pour ceux qui souhaitent passer un moment de fun aux commandes d'un personnage déjanté (I miss u Guybrush). Pour les purs challengers, passez votre chemin, ou essayez-le au moins avant de l'acheter, il y a de grandes chances que vous soyez déçus. A noter qu'un mode co-op est disponible, mais n'ayant pas eu l'occasion de le tester, je ne pourrais pas vous en dire grand chose, à part qu'il doit être excellent de pouvoir faire l'aventure à 2.

Pour vous procurer DeathSpank Orphans of Justice et sa suite Thongs of Virtue, si vous avez une Xbox ou une Playstation 3, ça ne devrait pas vous poser trop de problème, en revanche, si vous n'avez qu'un PC avec Steam, il vous faudra absolument avoir une IP anglophone (ou tout du moins une adresse anglophone) pour pouvoir acheter le jeu, mais je reviendrai sur cette aberration dans mon prochain billet.

Liens utiles:

Sonic Fan Remix: un remix des Sonic 2D très réussi fait par des fans

Nombreux sont ceux qui doivent déjà savoir que Sonic 4 est sorti le 13 octobre. Ce dernier opus revient aux sources puisqu'il est en 2D, comme à la bonne époque de la Master System et de la Mega Drive (avec Sonic 1 en 1991, Sonic 2 en 1992 et Sonic 3 en 1994). Mais ce n'est pas le but de ce billet vu que ne possédant pas de Xbox 360 ou de Wii, je n'ai pas pu le tester (mais vous pouvez tout de même aller regarder la review de Hooper et lire le test sur Console Syndrome).

C'est grâce à la vidéo de Hooper citée précédemment que j'ai appris l'existence de ce Sonic Fan Remix dont je viens vous parler. Les 2 aficionados (pelikan13 et Mercury) qui développent ce remix ont voulu recréer l'atmosphère des premiers Sonic 2D et c'est réussi, à l'aide du moteur 3D Unity. Je n'ai pas réussi à savoir quand a réellement démarré le projet mais le premier post de pelikan13 à ce sujet sur le forum de SonicRetro.org date du 13 mars 2010. Ce n'est pas encore fini, mais au vu du travail réalisé, ils ont déjà dû y passer un paquet d'heures pour obtenir un tel résultat.

Une démo jouable est disponible sur leur site et présente 3 actes différents. Je ne veux pas trop troller en faisant la comparaison avec Sonic 4, mais le moins qu'on puisse dire, c'est que graphiquement, c'est indéniablement plus beau, l'univers sonore est très réussi et au niveau du gameplay, le fun est là ! La sensation de vitesse nous rappelle les heures de gloire de notre hérisson bleu le plus rapide de la Terre. Le seul reproche que je pourrais lui faire, c'est une charge trop importante de détails dans les décors qui gênent un peu la visibilité des ennemis, rien de bien méchant (ça devrait pouvoir facilement être amélioré). J'ai lu sur la toile qu'avec le buzz qu'il est en train d'y avoir à propos de ce SFR (Sonic Fan Remix of course), les avocats de chez Sega sont en train de bosser pour casser le projet (vilain Monsieur Sega, c'est plus fort que toi !!!), ce qui serait bien dommage. Ils devraient au contraire s'en servir de vitrine et embaucher ces 2 gars plus que talentueux pour réaliser leur prochain volet !

Je vous laisse en compagnie de la vidéo présentant la démo:

Liens utiles:

Stampede le jeu pour devenir un cowboy virtuel old school

C'est un billet retro gaming que voilà, et pour le coup très rétro puisque je viens vous présenter Stampede un jeu sorti en 1981 par Activision, oui oui, les mêmes qui sont actuellement à l'origine de licences comme Guitar & DJ Hero, Call of Duty et j'en passe, la liste est trop longue... Mais revenons-en à nos moutons, enfin à nos veaux/taureaux/moutons/chiens, chacun étant libre d'appeler ces bouillies de pixels comme il le souhaite (mais il semblerait bien que ce soit des veaux).

Au vu de la jaquette (je ne sais pas quelle est la version du screenshot dessus mais ce n'est pas le jeu original), vous aurez certainement deviné que nous dirigeons un cowboy à cheval (nul doute là dessus en revanche) qui doit capturer les bestiaux cités plus haut à l'aide de son lasso et ne devant pas en laisser passer plus de 3 sous peine de voir la partie s'arrêter aussi sec qu'elle avait commencé: GAME OVER. Rien de trop compliqué pour les gamers chevronnés que vous êtes me direz-vous ! Et bien vous avez tout faux car nombreux sont les obstacles qui sauront vous barrer la route, que ce soit les cranes de taureaux dont le but est de vous ralentir, vous empêcher d'utiliser vos seules actions (mouvements/lasso) et vous faire rater de nombreuses bêtes... Ou encore (et je crois bien que ce sont les pires) ces foutus chiens noirs qui sont plantés en plein milieu du décor et que vous n'avez pas intérêt à louper car ils vous enlèveront 1 point au compteur qui n'est déjà pas très fourni de base. Si j'avais reçu 1€ à chaque fois que je les ai maudit, je serais milliardaire ! Comme pour les cranes, le passage sur ces saletés de chiens noir (sans les attraper) vous ralentira et vous immobilisera une seconde. Vous n'êtes cependant pas obligé d'utiliser le lasso sur tous les veaux, et c'est là toute la stratégie du jeu, puisqu'au contact du cowboy avec un veau (ou groupe de veaux), ce ou ces derniers accélèreront. Pour pimenter le tout, la vitesse du jeu augmente crescendo, atteignant (de ce que j'ai pu voir) une cadence infernale ! Le jeu est un endless game (sans fin), comme bon nombre de jeux de l'époque ou le high score était roi. Concernant le scoring, les veaux jaunes clairs rapportent 25 points, les jaunes pisseux 15 points, les marrons 3 points, et les chiens noirs 100 points (raison de plus pour ne pas les rater !!!). Sachez que tous les 1000 points, vous obtenez une chance supplémentaire qui ne sera pas de trop une fois arrivé à un certain stade du jeu.

8 niveaux de difficultés (plus ou moins) subtiles sont disponibles et accessibles via la touche F1 de l'émulateur Stella. Certains accélèrent la vitesse du jeu, d'autres la rapidité de course des veaux, et j'ai l'impression que les derniers raccourcissent même l'allonge du lasso, mais j'ai peut être la berlue (à vérifier, je ne reste que dans le premier mode, le jeu étant suffisamment difficile comme ça)... Stampede est ressorti en 2007 dans la compilation Activision Hits Remixed (PSP) et plus récemment (mai 2010) dans la Game Room (Game Pack 004) de la Xbox 360, disponible gratuitement.

Pour vous faire une idée un peu plus concrète de ce qu'est Stampede, je vous invite à regarder cette vidéo test de Hooper avec laquelle j'ai découvert ce jeu mythique (pour moi en tous cas) il y a plus d'un an maintenant, et qui montre bien tout le bonheur/stress (rayez la mention inutile) qui en résulte:

Pour ma part, vous l'aurez compris, je suis conquis. J'adore ce genre de jeux même s'il est clair qu'il vient d'un autre temps, mais le challenge et le fun sont toujours bel et bien présents. Comme quoi quand le fond est là, la forme suit ! Cetains nouveaux créateurs de jeux vidéos pourraient en prendre de la graine ! Mais je m'égare... Voici donc mon high score actuel, si vous me battez (ou pas), n'hésitez pas à poster le votre dans les commentaires:

Infos techniques:

Si vous souhaitez l'installer sur votre ordinateur, je vous conseille d'utiliser Stella (précédemment cité) fonctionnant aussi bien sur Windows, Linux ou Mac OS que ce soit en 32 ou en 64 bits, et disponible en téléchargement gratuit ici. La rom de Stampede est également téléchargeable ici.

Liens utiles: