2

Le coq gaulois ne chante jamais aussi bien que quand il a les pattes dans la merde !

Ça y est, la coupe du monde s'est achevée hier après la victoire des Néo-Zélandais face à notre XV tricolore qui n'a pas à rougir de sa défaite (8 à 7, je le rappelle pour ceux qui n'auraient pas suivi). Je n'ai pas fait beaucoup de commentaires sur tout ce qui s'est passé autour de cette équipe pendant la compétition mais je souhaitais tout de même donner mon avis sur un comportement général qui m'a pas mal chagriné (et le mot est faible)... Le rugby est un sport de plus en plus populaire, c'est un fait. La popularité amène des supporters (c'est bien), de l'argent et des sponsors (il en faut) et une couverture médiatique plus importante. C'est cette dernière partie qui va être au cœur du billet d'aujourd'hui. 4 ans, c'est le temps de préparation qu'aura eu le XV de France pour se mettre en place avec à sa tête Marc Lièvremont (ne représentant en fait que la partie visible de l'iceberg). Il n'aura pas fallu très longtemps à la presse pour utiliser le franc parler et les "bourdes" dans la communication du nouveau sélectionneur comme point d'appui pour des articles sans fond ni forme. Je ne veux pas avoir à revenir sur une analyse du jeu pré-Lièvremont, mais pour faire court les fautes y étaient nombreuses de façon inversement proportionnelle à la succession de phases de jeu... Lors de cette coupe du monde (de même que lors de ces 4 années de préparation), notre équipe nationale a été réglée sur courant alternatif, enchaînant les bons matches et les mauvais. A partir de là, les remarques désobligeantes à son égard ont été faciles, trop faciles...

C'est un réel déchaînement médiatique (qui a parlé de mise à mort ?) sur les choix tactiques adoptés par le staff de Lièvremont. Oui, les gens chez eux ont fait la même chose (moi y compris de temps en temps, agacé par des matches perdus bêtement), chacun se prenant pour un grand sélectionneur et tacticien de talent, mais la portée de bibi qui refait le match avec ses potes autour de quelques bières est toute autre en rapport à celles des journalistes censés relayer de VRAIES informations en bons professionnels. Que dire de la couverture de l'Equipe avec ses pseudos révélations de vestiaires pour discréditer le groupe et la cohésion qui en a pourtant transpiré tout au long de cette aventure ? Que dire également des questions ne portant pas sur le jeu en lui même et la pseudo mauvaise ambiance ? Je trouve que les joueurs ont été plus que patients, n'en déplaise à Christian Rousse, ce bon monsieur reprochant à Aurélien Rougerie de ne pas avoir été très courtois dans ses réponses lors des dernières conférences de presse. Ce même Rougerie qui a fait une remarque très juste : "Nous, on n'a pas de chance parce qu'il y a des gens pour juger ce qu'on fait. Déjà qu'on ne le fait pas très bien, vous, vous avez de la chance parce que vous n'avez personne pour juger ce que vous faites. Alors faites ce que vous voulez". Les problèmes de l'équipe sur le terrain n'étaient-ils pas suffisants pour que tous ces messieurs aient de quoi remplir leurs papiers ? Tomber dans l'autosatisfaction de victoires sans panache aurait été ridicule, mais quand on prône la neutralité et le détachement journalistique, l'inverse de l'encensement ne me semblait pas non plus approprié... En lisant certains articles concernant les bleus, j'ai eu la désagréable impression d'être face à des tabloïds (New Zealand Herald side effect ?) dans lesquels les rédacteurs étaient prêts à tout pour casser ce groupe afin de créer un fil rouge et tenir leurs lecteurs en haleine jusqu'à la fin, telle une mauvaise série B. Oui, c'était bien de cela dont il était question, casser le groupe, faire passer son sélectionneur pour un incompétent total, et les joueurs pour de pauvres âmes en peine, errant pendant 80 minutes sur les prés de leurs défaites. Malheureusement pour vous, vils corbeaux que vous êtes, les résultats (et par dessus tout le résultat final) parlent d'eux mêmes : ils sont sortis des poules, ils ont gagné le 1/4, puis la 1/2 pour échouer aux portes de la gloire mais avec la forme qu'on leur a tant reproché de ne pas avoir. Elle a toujours été là, vous le savez très bien, vu tous les joueurs de talent rassemblés sur et autour du terrain, elle était juste très bien cachée. Petite apartée pour donner mon sentiment sur le match face aux Gallois, les Français ont fait une magnifique démonstration de jeu défensif, enchainant les phases de jeu sans faute. Ce n'est pas aussi facile à voir et à apprécier qu'un jeu offensif tel que celui auquel nous avons pu assister dans l'autre demi finale (NZL - Australie) mais tout aussi méritant ! Pour une fois, nous avons gagné à l'anglaise, n'en déplaise à certains.

Des valeurs, un sacré esprit d'équipe et énormément d'engagement et de cohésion ainsi qu'énormément de boulot et la gagne de chaque instant auront permis à ce groupe de disputer et d'accrocher une finale lors de cette coupe du monde 2011 face à des Blacks à domicile et ayant quasiment survolé la compétition. Bravo à eux, et je suis fier de les avoir supportés jusqu'au bout. Je ne peux pas imaginer la déception des joueurs qui viennent de vivre leur dernière chance de ramener la coupe Webb Ellis à la maison, mais ils peuvent rentrer au pays la tête haute. Pour les autres, une nouvelle échéance est déjà en vue : 2015 en Angleterre, ça sera déjà plus dans mes tranches horaires, et n'oublions surtout pas le Top 14 ! Bravo à Thierry Dussautoir élu joueur de l'année 2011 et petite pensée pour Jean-Marc Doussain qui a fait sa première cape durant les 4 dernières minutes de cette finale. Il y a de fortes chances pour qu'on le revoit pas mal dans les années à venir.

De mon chez moi, petit supporter que je suis, je vous remercie pour tout le plaisir et les quelques moments de frustration que vous m'avez apportés durant ces 6 semaines. Sur ce, je m'en vais revoir le match confortablement installé dans mon salon, même si l'ambiance de dimanche à Montpellier était excellente !

8

Pourquoi j’aime le rugby

Après la victoire ce week-end de Toulouse sur Montpellier, et fier supporter des rouges et noirs que je suis, j'ai eu envie de faire un billet personnel résumant ma passion pour le rugby. Je suis conscient que c'est un pur cliché mais étant originaire de la région toulousaine, terre où le ballon ovale règne en maître, je dois avoir ça dans le sang. Là où d'autres villes sont dévouées au ballon rond, à Toulouse, même si vous n'êtes pas fan de rugby, il est impossible de passer à côté de l'engouement suscité lors des matches, aisément identifiable par le trafic généré autour du Stade Ernest Wallon (lors des rencontres classiques du Top 14), ou du Stadium (accueillant les gros matches comme les phases finales ou les rencontres de la H Cup). Dans la ville rose, les personnes ne vivant pas au rythme du Stade Toulousain se comptent sur les doigts d'une main, ok j'exagère peut être légèrement, c'est mon côté sudiste qui ressort, aussi bien dans la gente masculine que féminine ! En effet, outre les shorts moulant des muscles saillants forgés par des centaines d'heures passées sur le terrain ou dans les salles de sport et quelques bonnes marmites de cassoulet, nombreuses sont les demoiselles attirées par ce jeu qui parait extrêmement brutal pour un non-initié mais qui sait se révéler technique et majestueux en grattant un peu. Simples curieuses au premier abord, elles en deviennent de ferventes supportrices !

Vue de la foule amassée au Capitole pour fêter la victoire du 18ème Brennus par le Stade Toulousain en 2011Vue de la foule amassée au Capitole pour fêter la victoire du 18ème Brennus par le Stade Toulousain

Chaque match est une occasion de fête, dans la bonne humeur du rugby, ce qui m'amène au point suivant : la mentalité. [bisounours land]Que dire d'un sport où après s'être "tapés" dessus pendant plus de 80mn pour gagner une finale, les joueurs se félicitent sincèrement à la fin du match, même si la déception des perdants est grande ? Il n'y a qu'à revoir l'image de Skrela ne résistant pas à l'envie de transmettre sa joie à son "vieux" coéquipier à ses débuts à Colomiers et plus tard au Stade Français, Fabien Galthié (alors en interview sur France 2 :p), désormais entraîneur de l'équipe adverse ! Ou encore Jean-Baptiste Elissalde (ancien joueur de Toulouse désormais entraîneur des lignes arrières) consolant le jeune montpelliérain Benoît Paillaugue.[/bisounours land] J'ai encore en tête le moment où les joueurs sont montés chercher le Brennus pour faire les photos officielles (éclipsant au passage notre cher président qui se trouvait juste derrière). Une fois ce rituel terminé, les joueurs ont apporté leur 18ème bout de bois aux supporters toulousains, en récompense naturelle de leur soutien, voulant leur faire partager au maximum ce moment de fête, avant de faire la même chose le lendemain place du Capitole, là où la veille, tous les fans (jeunes, moins jeunes, seuls ou en famille) s'étaient amassés pour suivre le match sur un écran géant disposé pour l'occasion (et aller faire un tour chez Tonton après le match).

William Servat tenant le 18eme bouclier de Brennus du Stade Toulousain au Capitole en 2011William Servat tenant le 18ème bouclier de Brennus du Stade Toulousain au Capitole

Les valeurs colportées par ce sport essaient toujours d'être positives, que ce soit le fair play, l'esprit collectif avant, pendant et après le jeu (le groupe étant comme une famille), le travail, la persévérance, la bonne humeur, [ajoutez ici ce que vous trouvez juste d'ajouter à ma liste non exhaustive]. Je trouve que c'est le plus important car c'est cette image qui donne envie aux plus jeunes de faire la même chose, les pros sont des modèles qu'ils ont envie de suivre, donc autant qu'ils transmettent du positif. Bien sûr qu'il y a des coups de gueule, des coups de fouets distribués par Guy Novès pendant chaque mi-temps, des vilains gestes, mais connaissez-vous un sport ou un endroit sur Terre où il n'y en a pas ? De plus, j'ai l'impression que cette cohésion de groupe est portée (en partie en tous cas) par un respect dû à l'ancienneté. Les jeunes joueurs ont l'occasion d'apprendre énormément aux côtés de personnes plus expérimentées et en profitent au maximum. Que j'aurais aimé savoir ce qui a tourné dans la tête de Jean-Marc Doussain ou de Nicolas Bézy samedi soir !

Les joueurs du Stade Toulousain entourrant le Brennus au Capitole en 2011Les joueurs du Stade Toulousain entourrant le Brennus au Capitole en 2011

Comme je l'ai dit plus haut, c'est la "guerre" pendant le match, mais une fois que le coup de sifflet final a retenti, c'est la 3ème mi-temps qui démarre. Qu'il est bon d'aller boire quelques binches pour se relaxer après le stress d'un gros match. Tout le monde y est convié, les vainqueurs comme les perdants, et dans la bonne humeur je vous prie ! Après la demi-finale confrontant Toulouse à Clermont, les 2 frères ennemis, au stade Vélodrome de Marseille, nombreux étaient les gens vivant près de la Canebière à être étonnés qu'il n'y ait pas eu de débordements. Sûr que ça doit les changer d'un OM-PSG trop tentante pour ne pas la faire, désolé !

Je suis également impressionné par ces hommes de l'ombre, même si les médias aiment beaucoup trop à mon goût parler d'eux : les entraîneurs. Ils essaient de faire tendre leurs joueurs vers l'excellence, obligés de rester sur le banc, presque impuissants, ne pouvant que prier pour que tout se passe bien. Que ce soit Guy Novès avec le Stade Toulousain, Vern Cotter avec Clermont ou Fabien Galthié avec Montpellier, être au top dans le monde professionnel est tout sauf un coup de chance. C'est à force d'heures / de mois / d'années de travail, de peaufinages tactiques, de détails assimilés, de cohésion de groupe que tout cela est possible. Certes, cette finale n'aura pas été représentative du niveau de jeu toulousain, mais elle est la récompense d'une saison passée au top dans ce tournoi national.

Vous aurez remarqué que j'ai insisté sur le fond et non sur la forme. Je suis évidemment passionné par les phases de jeu du sport en lui même ! Pas mal de départs à noter du côté du Stade Toulousain en cette fin de saison (Skrela qui s'en va à Clermont, Heymans à Bayonne, Kelleher au Stade Français, Michalak déjà reparti chez les Sharks), ce qui promet du changement pour la prochaine ! Je suis également avec attention la montée en puissance des jeunots cités plus haut.

Le revers de la médaille à tout ça, c'est que ce sport devenant de plus en plus populaire, l'argent et les dérives qui vont avec (salaires des joueurs, "starifications", retransmissions sur des chaînes privées, sponsors trop présents, etc) croissent proportionnellement. La professionnalisation est relativement récente, il n'y pas si longtemps, les joueurs avaient un autre boulot à côté. Espérons que nous n'en arriverons pas aux déboires du milieu footballistique... Mais restons positifs : TOU-LOU-SAINS !

Crédits photos : merci walp, reporter en direct !

7

Tracez vos parcours sportifs avec MapMyRun.com

Si vous êtes sportif, que vous sillonnez votre ville (ou que vous venez d'arriver dans une nouvelle), et que vous souhaitez faire partager vos parcours à vos amis ou les comparer facilement, MapMyRun vous sera certainement utile (du moins si l'anglais ne vous rebute pas trop). A l'aide d'une carte Google Map, vous pourrez tracer vos chemins et les partager, voir les routes similaires créées par d'autres utilisateurs aux alentours des vôtres.

Il est également possible de rentrer chacune de vos courses effectuées pour avoir un historique et des statistiques générales (distance parcourue, dénivelé) de votre (ou vos) activité(s) sportive(s). L'éditeur de parcours est très simple à utiliser, avec une option de suivi automatique des routes assez pratique et qui permet de réaliser sa carte rapidement.

Un aspect communautaire est également de la partie et vous pourrez ajouter vos amis ou des gens qui courent près de chez vous, créer des groupes... Il faut cependant avouer que ça bouge beaucoup plus du côté US que du côté français (enfin de ce que j'ai pu voir). Vous pouvez même créer des évènements si vous vous sentez l'âme d'un organisateur ! Pas grand chose à dire de plus, ce n'est qu'un service classique qui vous permettra je l'espère, de trouver de nouveaux chemins auxquels vous n'aviez pas pensé. Je vous conseille de directement utiliser la nouvelle version du site encore en bêta (disponible ici) qui est quand même bien mieux faite que l'actuelle de base un peu vieillotte à mon goût. Une application mobile pour les iPhone / BlackBerry / Android est accessible ici et vous permettra de faire du tracking pendant vos courses, vous évitant même d'avoir à faire le tracé ultérieurement.

ps: pour ceux qui ne sont vraiment pas à l'aise, Calcul d'itinéraires propose un peu la même chose mais en moins poussé, sans l'aspect social.

Liens utiles:

0

Récap’ du dimanche #27

Hello tout le monde ! J'espère que vous avez pensé à passer à l'heure d'été cette nuit, nous avons perdu une heure. Pour ma part, pas grand chose de nouveau si ce n'est que ce week-end aura été bien gris et la défaite du Stade Toulousain face au Biarritz Olympique n'aura pas arrangé les choses. Que dire de ce match que je n'ai pas vu de mes yeux mais que j'ai suivi via le live de l'Equipe.fr... Une première mi-temps où les Toulousains se sont bien défendus et menaient de peu, mais juste avant la mi-temps, en 5 minutes, le match a basculé en faveur du BO... Les 40 minutes suivantes ce sont des rouges et noirs absents, irréguliers qui étaient sur le terrain, résumant assez bien l'ensemble de cette saison pour l'équipe de ma chère ville rose... Rien à dire sur la victoire des Biarrots, ils l'ont bien méritée pour leur 1000e match. Il faut savoir perdre, même si ça ne fait jamais plaisir, c'est aussi ça l'esprit du rugby. Par contre, je me souviendrais longtemps du magnifique arbitrage de Monsieur Patrick Pechambert qui avait clairement choisi son camp ce samedi ! Honteux ! Pour en terminer avec le ST, les joueurs ont intérêt à mettre le paquet pour les 3 journées qui leur restent (Racing-Métro 92, Bourgoin et Castres pour finir), et assurer le barrage s'ils veulent avoir une chance d'arriver aux phases finales...

Pour détendre un peu l'atmosphère, voici quelques liens qui devraient vous plaire. Je commence par Bonjour Geek ! qui propose une photo à la thématique geek par jour. Si le coeur vous en dit, vous pouvez proposer vos images à l'adresse suivante: geek[at]bonjourgeek.fr .

Et sinon, je vous en avais parlé il y a peu, et bien Merton a remis le couvert avec une 2e séance d'improvisations au piano en direct sur Chatroulette. Comme souvent dans ce genre de vidéos buzz, les suivantes sont moins bonnes et celle là confirme malheureusement la règle à mon humble avis. Attendons de voir la suite mais je pense que la première restera la meilleure.

Bonne fin de week-end à toutes et à tous !

Liens utiles:

8

Récap’ du dimanche #26 – Rugby et geek stuff

Cela faisait un moment que je n'avais pas fait de Récap' du dimanche mais entre l'arrivée du printemps (qui s'effectue malheureusement pour moi sous la grisaille parisienne), le match d'hier soir et l'envie de poster quelques liens sans pour autant en faire des sujets à part entière, je me suis dit qu'il serait de bon ton de ressortir cette catégorie des cartons !
Tout fan de rugby que je suis, j'ai naturellement regardé sur France 2 (tout comme 8,3 millions d'autres personnes) la finale du tournoi des 6 Nations où le XV de France a crunché l'Angleterre hier soir 12-10 au Stade de France, remportant ainsi le 9e Grand Chelem de leur histoire. Que dire ce cette victoire ? Même si elle a manqué d'éclat à mon goût (j'ai regretté qu'il n'y ait pas eu d'essai côté français, et le pick and go pour temporiser à la fin), ce n'est pas pour autant qu'ils ont démérité le gain du match, bien au contraire ! Là où notre équipe nationale aurait sûrement échoué lamentablement il n'y a pas si longtemps face à un XV de la rose qui n'avait rien à perdre et a clairement tout donné, force est de constater son évolution positive avec ces joueurs qui ont su faire preuve d'un réalisme (merci Morgan Parra) et d'une concentration à toute épreuve jusqu'à la fin de ces interminables 80 minutes. Je suis particulièrement content de ce résultat qui ne fait que confirmer le travail effectué par Marc Lièvremont et Emile Ntamack depuis leur entrée à la tête du staff en 2007, période où l'équipe n'était pas au mieux après son cuisant échec de la coupe du monde de la même année. Encore bravo à tous !

Pour en terminer avec le rugby, j'espère juste que le Stade Toulousain va définitivement remonter la pente et nous ramener le Brennus ! Faudrait vraiment que nos joueurs arrêtent de passer tout leur temps à l'infirmerie !

Repassons sur des sujets un peu plus geeks avec un script Grease Monkey vous permettant d'enlever comme par magie toutes les pubs Facebook. Allez donc le télécharger sur cette page.

Si comme moi vous êtes très actif sur le net via Twitter, un blog, Youtube, Flickr, Delicious, LastFM (et quelques autres), vous aimeriez peut être savoir dans quelles proportions vous utilisez ces services. Et bien Geek Chart vous propose d'analyser tout et vous sort les statistiques sur un diagramme circulaire.

Puisque nous sommes dans les sites inutiles donc indispensables, pour les Twitter addicts en puissance voici SleepingTime qui vous permet de voir les heures pendant lesquelles vous devez dormir puisque vous n'êtes que pas actif sur le service de microblogging du petit oiseau bleu !

Et pour finir, un autre script qui sera utile à toutes les rares personnes qui utilisent encore Dotclear2 (troll inside) et qui souhaiteraient passer sur WordPress (l'officiel étant de piètre qualité). Le plugin DotClear 2.x Importer de bitonio est très facile à mettre en place dans votre installation WordPress et vous permet d'importer directement vos articles (avec url rewriting), catégories, tags et commentaires. Il vous suffit de:

  • télécharger le plugin pour WordPress à cette adresse
  • l'uploader dans le dossier /wp-admin/import/ de votre arborescence wp
  • vous rendre dans le menu Outils > Importer de votre Panneau d'administration
  • cliquer sur Dotclear2 et rentrer les identifiants de la base de données de votre blog Dotclear à importer
  • suivre les instructions

Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page du plugin.

Comme toujours, j'espère que votre week-end a été bon et que vous êtes prêts à rempiler sur une nouvelle semaine !

Liens utiles: