5

Slack, Mattermost, Discord ? Et si nous améliorions plutôt les clients IRC ?

Cela fait plus de quinze ans (point vieux con) que je crapahute sur IRC et voilà quelques temps maintenant qu'on essaie de me hyper sur des outils identiques mais centralisés et fermés sous couvert d'une meilleure UI et d'un tas de fonctionnalités dont je n'ai pas vraiment besoin.

you-shall-not-slack

Quels sont les principaux avantages d'IRC

Quels sont les principales faiblesses d'IRC

  • non-conservation des discussions sur les serveurs les plus utilisés entraînant une complexité pour s'en servir d'archives
  • non-persistance du compte de l'utilisateur lorsqu'il se déconnecte ne pouvant du coup plus être joint par ce biais
  • commandes pas évidentes à prendre en main pour les novices
  • aspect peu intuitif lorsqu'on utilise des clients à l'ancienne

Propositions d'améliorations

Les plus gros problèmes résolus par les applications telles que Slack sont le côté « user friendly » quoi que le concept de liste de salons reste compliqué à aborder pour des novices, l'archivage et la recherche dans les échanges passés. Pour ne manquer aucun échange, il est possible de laisser son client ouvert mais soyons honnêtes, ce n'est pas une solution recommandable. Pour les plus geeks/connectés, il est possible d'utiliser un bouncer comme ZNC qui vient se placer entre le serveur et le client et permet d'afficher les messages lors de la reconnexion de son utilisateur. Vous l'aurez compris, ce n'est pas à la portée de tous.
Des services externes tels que BotBotMe qui agrège les discussions et les rend consultables via un site annexe peut faire office de contournement mais pas de vraie solution.

Ok pour de nouveaux services, mais ouverts et décentralisés s'il vous plaît

Pour ma part, le problème est pris à l'envers. Les développeurs réinventent la roue (IRC et Jabber/XMPP) et proposent ensuite des ponts entre ces « anciens » outils et les leurs là où je trouverais plus pertinent de développer de nouvelles idées sur ces vieilles briques pour les enrichir.
Des clients tels que KiwiIRC vont dans le bon sens en donnant un coup de jeune à l'IRC qui souffre d'une image austère bien méritée par son manque d'innovation et permettent de répondre à des besoins modernes, tels que l'affichage in-app de contenus multimédias ou l'accès simplifié aux commandes.

Pourquoi ne pas appeler XMPP à la rescousse ?

En tant qu'habitué satisfait d'IRC, je ne souhaite pas le remplacer. Cela ne m'empêche pas d'utiliser XMPP (anciennement Jabber) mais je le trouve moins adapté pour des salons de discussions. La création de compte, la demande préalable d'accès à un contact et l'adresse de connexion à un salon sont autant d'obstacles à son adoption là où un webchat IRC permet à un utilisateur de se joindre à une discussion en quelques secondes.
Je suis conscients que des efforts sont en cours (merci Movim et Jappix), mais si tous ces développeurs qui passent du temps et de l'argent sur des nouveautés investissaient sur les technos précédemment citées, nous aurions déjà des applications qui déchirent et satisfont tout le monde tout en étant pérennes.

En conclusion

En partisan de l'open source, je ne veux pas utiliser une solution de communication non libre. Du point de vue de la sécurité, qui me certifie que mes conversations sont bien confidentielles si je souhaite qu'elles le soient ? Du point de vue de la pérennité, qu'adviendra-t-il de ces données lorsque le service utilisé décidera de fermer ses portes ?

Si vous souhaitez (re)tester le monde merveilleux d'IRC, je vous attends sur le chan #welcome du serveur Freenode. N'hésitez pas à me faire signe, pseudo Simounet what else. Quelles sont les features qui vous semblent incontournables sur les outils que je rechigne à utiliser et qui n'existent pas sur IRC (ou ses clients) ? Qu'est-ce qui vous retient d'utiliser IRC ?

  1. Un billet intéressant et sensé, comme d’habitude !
    Par contre, sauf erreur de ma part, Slack affiche nativement à la connexion les messages échangés pendant l’absence de l’utilisateur.

  2. Au temps pour moi, j’ai cru que tu parlais d’une faiblesse de Slack alors que c’est une faiblesse d’IRC ^^

  3. Tu t’es répondu, c’était bien un argument en défaveur d’IRC. Merci de ton passage.

  4. Remarque amusante, Slack ne stocke que les 10.000 derniers messages. Pour pallier à ce problème, on peut utiliser le protocole IRC fourni par Slack pour persister les échanges avec un client IRC qui gère l’historique ^^

  5. Ou alors, on peut directement utiliser IRC. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aucun trackbacks pour l'instant