3

Spotify : highway to hell ?

Parler de Spotify ces derniers temps est devenu un exercice périlleux auquel je vais tout de même me risquer. Vous ne le savez peut être pas mais la plate-forme de streaming audio a procédé à quelques changements concernant essentiellement ses utilisateurs Free/Open (ceux qui ne payent pas). Jusqu'à l'année dernière, il était possible d'écouter autant de musique que nous voulions en contrepartie de quelques spots de publicité et l'impossibilité d'utiliser les applications mobiles et le mode d'écoute offline, quoi de plus normal pour inciter les gens à sortir leur porte-monnaie me direz-vous.

Les fans de musique (dont je fais partie) soignaient tranquillement leurs playlists et profitaient de ce service de très bonne qualité et dépassant tous les autres. Ceux qui souhaitaient juste écouter de la musique gratuitement mais de façon légale étaient ravis, et ceux qui voulaient bénéficier d'une meilleure qualité audio ainsi que des fonctionnalités supplémentaires citées plus haut s’acquittaient d'une somme mensuelle plus que raisonnable. Jusqu'au jour où les gens de chez Spotify ont clairement décidé que le monde des bisounours dans lequel vivaient les utilisateurs de la version gratuite ne pouvait plus durer ! Car soyons francs, c'est bien ce qui est en train de se passer. Certes il est encore possible d'accéder gratuitement à Spotify, mais il n'est plus du tout question d'utilisation quotidienne vu les dernières restrictions en date.
Même si je ne suis pas au fait des tractations permanentes qui doivent avoir lieu entre les têtes pensantes de chez Spotify et les majors, je me rends bien compte que la pression doit être colossale. Qui aurait dit au début de l'aventure que ce service tiendrait le coup si longtemps ? Pas grand monde je pense. L'apparition des pubs n'a pas été une surprise et n'a pas été non plus trop gênante, si ce n'est de par la piètre qualité des pubs françaises et leur nombre trop restreint qui les faisait vite tourner en boucle... Leur priorité numéro 1 était (et est toujours aujourd'hui) d'amener toujours plus de gens à devenir des utilisateurs premium, chose normale, nous sommes d'accords. Mais de là à rendre inutile / ridicule / inutilisable (rayez les mentions inutiles) le modèle gratuit, il me semble qu'il y a un fossé, non ? Quelle étrange manière de récompenser ses fidèles utilisateurs (90% de l'ensemble) en restreignant leurs possibilités à 10h de musique par mois et 5 écoutes maximum d'un même morceau...

A titre personnel, voilà plusieurs mois que j'hésitais à m'abonner mensuellement, mais le fait de ne pas avoir de smartphone (si si, ça existe encore) et ne pouvant donc pas profiter de l'écoute nomade offline, je ne m'étais pas encore laissé tenter. J'ai même fait des recherches pour savoir si l'offre payante disposait d'un catalogue élargi, ce qui aurait pu faire considérablement pencher la balance, mais même pas, les abonnés ont juste droit aux nouveaux titres avant les autres ! Je pense d'ailleurs que c'est à ce niveau qu'ils auraient eu (et ont peut être encore) leur carte à jouer. Il ne faut évidemment pas restreindre drastiquement le catalogue proposé aux utilisateurs non-premium mais ajouter certains albums, artistes, nouveautés, ou que sais-je aux abonnés, rendant ainsi encore plus attractive l'offre payante, surtout pour ceux qui ne seraient pas intéressés par les options déjà proposées.

La méthode adoptée par les dirigeants de Spotify, au lieu de m'inciter à sortir mes pesos, me donne plutôt l'impression d'avoir un couteau sous la gorge, ce qui me déçoit fortement (et ça leur fait une belle jambe, j'en suis sûr). J'espère - sans trop y croire non plus car leur réflexion a dû être mûrement réfléchie avant l'annonce - qu'ils changeront de tactique car pas mal de gens risquent de se tourner très vite vers la concurrence (Grooveshark, retour vers Deezer ?) entraînant une perte considérable de leur nombre d'utilisateurs, réduisant les revenus financiers de leur régie publicitaire à peau de chagrin et pourrait aller jusqu'à la fermeture du service. Ce serait vraiment dommage qu'une si belle entreprise pour une offre légale tombe à l'eau alors qu'elle avait tout pour réussir là où les autres avaient pour le moment échoué. Si changement il doit y avoir, il ne faudrait pas trop tarder, car un utilisateur déçu qui a fait ses bagages pour un autre service, est souvent difficile à faire revenir !

Crédits images : Speaker - Money

  1. Haha ! En lisant ton article je me sens tout aussi floué !

    « quelques changements » quelques mais important ! En 2 jours j’ai consommé la moitié de mon quota du mois, autant dire que leur version gratuite est plus de la « découverte » qu’autre chose …

    J’ai hésité longtemps à m’abonné à leur version à 5€ / mois (pas besoin de l’écoute offline sur mon téléphone), mais alors vu le coup qu’ils viennent de nous faire je vais garder mes 5€ …

    En plus d’avoir des pubs à chier (oui car en plus il y a toujours autant de pubs visuels et sonores qu’avant) on a quasi plus rien …

    J’ai la chance d’avoir un abonnement premium gratuit avec mon nouvel abonnement Orange et même si j’aimais beaucoup Spotify ça va être l’heure de mon retour vers les origines : Deezer.
    Ce qui me fait le plus chier c’est devoir retransférer encore une fois toute ma playlist … ça va me prendre un temps fou, je vais perdre des musiques mais bon, je n’ai pas trop le choix (non je ne payerais pas vu comment on me « récompense » !)

    J’aurais pu aller vers Grooveshark mais je ne suis pas un grand fan de leur interface et rien ne nous dit qu’ils ne feront pas pareil.

    Et dire que j’avais longuement réfléchi il y a seulement quelques mois à migrer vers Spotify ou non …

  2. La même… C’est vraiment dommage car j’étais prêt à me lancer mais là, je fais beaucoup plus qu’hésiter, je n’aime pas être pris pour un con.

  3. D’ailleurs si tu as un moyen pour faire le transfert Spotify –> Deezer n’hésite pas 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.