0

Le Season Finale de Californication S4, une fin rêvée pour la série ?

Décidément, les season finales de Californication ne me laissent pas indifférent ! J'avais déjà parlé ici même de celui de la saison 3 l'année dernière. Mais comment pourrait-il en être autrement ? Là où la plupart des séries ne font que se répéter, Californication arrive jusqu'à présent en tous cas à innover et garder l'intérêt des téléspectateurs intact. Alors qu'au début, Hank Moody (David Duchovny) représentait à lui seul 80% de l'esprit du show, au fil des saisons, les autres (Karen, Becca, Marcy) ont réussi à imposer les caractères bien trempés de leurs personnages. J'ai sciemment omis de mentionner Runkle, qui a, à mes yeux en tous cas, une place toute particulière, et n'a pas à pâlir d'être le bras droit de Hank (sans mauvais jeu de mots s'il vous plait). C'est peut être le personnage qui est le plus monté en puissance pour devenir un incontournable à côté d'un autre qui l'était depuis le début.

Les rôles secondaires auront été efficaces une fois de plus, que ce soit la sulfureuse Sasha (Addison Timlin), Stu (Stephen Tobolowsky) le producteur lubrique, Abby (Carla Gugino) l'avocate qui a du chien ou encore ce psycho d'Eddie Nero (Rob Lowe). Un peu de sang neuf à chaque saison ne fait jamais de mal même si je dois avouer avoir préféré Lew Ashby (Callum Keith Rennie), présent la saison dernière, à Eddie Nero.

Comme je l'avais expliqué lors de mon article concernant la fin de la saison 3, je me faisais un peu de soucis en voyant notre écrivain maudit partir faire un tour derrière les barreaux, mais le scénario a été suffisamment bien ficelé pour ne pas me décevoir. Tout du long, nous avons assisté au jugement moral de Hank. L'action débute en prison, passe par le tribunal et finit dehors : Hank libre ! Au final, l'attitude du personnage est restée la même mais il a clairement mûri (sur le fond en tous cas) et je pense que c'est cette constante recherche d'évolution de la part des scénaristes (et probablement aussi des acteurs) concernant les personnages qui fait que même si la forme est toujours la même, nous ne nous en lassons pas encore. Entre nous, certains scénaristes devraient en prendre de la graine...

Que dire également sur la séquence de fin si ce n'est : la boucle est bouclée ? Entre Karen et Becca qui pensent apercevoir Hank à la station essence alors qu'elles partent en road trip, et ce dernier qui file dans sa Porsche les cheveux au vent, après avoir rendu visite à la nonne déjà rencontrée dans le premier épisode de la série... C'est le genre de clin d'oeil qui fait forcément mouche, tout du moins auprès des fans ! Rien à dire !

La saison 5 semble être assurée mais lors de mon visionnage j'ai cru que cet épisode allait bel et bien marquer la fin de la série. J'aurais très certainement regretté de ne plus suivre les aventures rocambolesques de ce cher Moody et sa bande de cramés du ciboulot, mais le ending proposé ici était l'un des meilleurs (peut être même LE meilleur) qu'il m'ait été donné de voir depuis très longtemps dans une série et j'espère sincèrement que la fin "définitive" sera de cet acabit. 4 saisons c'est déjà pas si mal, espérons que la 5 suive cette lignée !

2

Impressions personnelles à propos du Season Finale de Californication S3

Exit Dexter pour le moment et place à Californication, série dont je voulais vous parler depuis un moment. Complètement déjantée et anti-conformiste, un peu à l'image de Dexter précédemment citée (faisant également partie du network Showtime), je n'avais rien trouvé à y redire jusqu'à maintenant. Le rythme y était toujours soutenu, l'intérêt des épisodes assez constant, et j'étais bien rentré bien dans la psychologie de chaque personnage: que du bon ! Pour décrire rapidement Californication, j'apparenterais ce show à un road movie du style Easy Rider où nous partageons un moment de la vie d'Hank Moody (David Duchovny), écrivain raté et coureur de jupons invétéré.

Pour en revenir à ce Season Finale, j'ai été tellement scotché qu'il m'a été difficile de l'analyser. Jusque là, nous étions habitués à avoir une vision de la morale détournée d'Hank Moody, personnage très sympathique, attachant, mais qui ne sait pas résister aux vices tels que la drogue, l'alcool et surtout le sexe. J'insiste bien sur ce dernier point car c'est pour moi tout l'intérêt de ce personnage. Au premier abord, il peut paraitre dénué de toute morale mais comme il l'explique si bien tout au long des saisons, il a un "don" pour comprendre les femmes et souhaite au fond de lui les aider... Bien sûr que c'est facile à dire, et l'histoire pourrait très bien s'arrêter là avec cet espèce de salaud qui se tape des filles à la chaine si nous n'avions pas la possibilité de voir l'amour et le "respect" qu'il porte à sa femme et sa fille et les réels quiproquos dans lesquels il se retrouve. Dans la dernière saison, toutes ses aventures se sont déroulées "malgré lui", il faut bien l'admettre... Quel tombeur ce David !

Je souhaitais vraiment vous exposer ma vision de la série pour que vous puissiez comprendre dans quel état d'esprit j'étais lors de mon visionnage du dernier épisode de la Saison 3 qui a pour moi été une gifle, un dur retour à la réalité. Petit récap' de ce qui se passe avant ce Season Finale (ceux qui l'ont déjà vu peuvent zapper). Dès la première saison, Hank avait couché avec Mia (Madeline Zima) qui était mineure sans que ce dernier ne le sache. Nous ne l'avions plus trop revu depuis qu'elle était partie se faire passer pour une écrivain après s'être approprié le livre de Hank en le menaçant de dénoncer leur rapport sexuel à la police s'il ne la laissait pas faire... Elle est bien entendu revenue quelques épisodes avant la fin de cette 3e saison avec son nouveau et peu scrupuleux "agent" qui,avec le même argument que Mia, a également essayé de faire chanter Moody. Ce dernier n'ayant pas pu résister au plaisir de lui coller son poing en pleine figure, la police est finalement arrivée au domicile de l'écrivain pour l'amener au commissariat. That's it ! Beau cliffhanger vous ne trouvez pas ?

Certains diront que c'est un juste retour des choses et je suis d'accord sauf que le ton auquel j'étais habitué jusque là en prend un sacré coup. Bien sûr que cette série est très immorale et ne prêche pas des valeurs louables, mais ceux qui regardent la série le savent... Quel est l'intérêt de tout casser ainsi ? Désacraliser l'omnipotence d'un personnage qui dérange ? Montrer que les méfaits commis à un moment donné finissent toujours par nous rattraper et se payer ? Etrange leçon de morale d'une série borderline... Ca m'a fait bizarre de me trouver face à un Season Finale de Califonication plutôt triste/négatif, il me semble que c'est bien la première fois depuis le début de la série.

Tout comme pour Dexter, j'attends de voir comment les scénaristes comptent faire sortir Hank de ce mauvais pas en espérant ne pas me retrouver face à une saison qui ne sera qu'une grosse leçon de morale et où ce dernier devra expier tous ces pêchés ! Wait & see !