34

« My name is Bond, James Bond ! » Ou comment détruire un mythe…

james_bond

J'ai vu récemment le dernier James Bond, Quantum of Solace, et je dois avouer avoir été très déçu par plusieurs points. Tout d'abord, je trouve que Daniel Craig ne correspond pas du tout à l'image du James que j'adore: charmeur, charismatique et avec cette pointe de flegme britannique dont ont fait preuve les précédents (même Thimothy Dalton en avait plus, à mon humble avis, c'est pour dire...). Je trouve que Craig fait américano-allemand mais n'a rien vraiment rien d'un British. Il est tout en force physique et ça se ressent dans les 2 derniers opus de la saga où il a incarné le rôle du plus célèbre des agents au service secret de sa majesté. Je ne lui jette pas du tout la pierre, c'est un très bon acteur mais je l'apparenterais plus au héro basique à la Bruce Willis qu'à ce sex symbole qu'est devenu 007 au fil des années. C'est évident que la tâche est plus qu'ardue vu ses prédécesseurs. Il faut arriver à supporter la comparaison avec un Sean Connery ou un Roger Moore, ou même, son prédécesseur direct, Pierce Brosnan (bien qu'un peu petit) qui faisait très bien l'affaire et correspondait bien à l'image que je me fais du personnage.

james_bond-daniel_craig

Attention toi, je t'ai à l'oeil !

Autre point à souligner, le film en lui même; car jusqu'à présent, nous étions habitués à certains standards à ce niveau aussi. En premier lieu, c'était la présentation des évènements nécessitants l'intervention de James Bond suivi du générique toujours excellent avec une BO de choix, puis c'est au tour de la présentation de la mission par M et les gadgets très attendus par Q (rip Desmond Llewelyn, décédé il y a presque 10 ans déjà...), suivi par une bonne scène d'action assez brève pour nous mettre dans le bain et nous rappeler que James n'est pas là pour rigoler, puis le moment tant attendu, l'arrivée des James Bond Girls (établi par l'inoubliable apparition d'Ursula Andress sortant de l'eau en bikini dans le premier volet, contre Dr. No). Après tout ça, enchainement de scènes d'actions, utilisation des gadgets, des explosions, des méchants, des coups durs, des courses poursuites et victoire de Double-Zéro-Sept avec la récompense finale, James qui gagne le coeur d'une ou de plusieurs le petit veinard JB Girls. L'ordre n'était pas forcement toujours respecté mais toutes ces parties y étaient et le résultat était toujours excellent. Ce sont d'ailleurs, à mon avis, les ingrédients qui nous donnent, encore aujourd'hui, envie de revoir les anciens films même s'ils commencent à dater (James Bond 007 contre Dr. No est quand même sorti en 1963...). Les choses ont commencé à changer avec l'arrivée de Pierce Brosnan, quelques standards ont été "bafoués" comme le martini "shaken, not stirred" remplacé par du champagne, ou les Aston Martin remplacées par des BMW... De petites choses me direz-vous mais qui sont, pour un fan tel que moi, inadmissibles... Et depuis Casino Royale, c'est carrément l'ensemble de l'esprit de la saga qui a changé... Beaucoup plus d'action, moins d'histoire, plus d'explosions et de plans séquences à sensation, moins de "charming Bond's touch", beaucoup moins d'humour, en clair, un film d'action à l'américaine, ou comme je les appelle, les Bruce Willis like... A part le nom, plus grand chose à voir avec les bons vieux James que je prends plaisir à regarder encore et encore même si j'en connais presque chaque réplique par coeur (j'exagère car il y a toujours certains volumes que je connais moins que d'autres).

Si vous êtes arrivés jusqu'ici, c'est que le sujet doit vous tenir à coeur mais vous n'êtes peut être pas aussi radical que moi et trouvez que je suis trop dur avec Daniel Craig et les 2 derniers opus, alors que commercialement, ils ont très bien marché et ont d'ailleurs été les 2 plus rentables. Pour moi, ces chiffres ne signifient pas grand chose, car au final, il est certain que ce style de films ramènent toujours un paquet de monde et font facilement un carton au box office (surtout avec le label James Bond collé aux fesses). Avec de l'action partout, c'est les jeunes qui se régalent et les moins jeunes, fans de Bond à l'éternel (comme les diamants), qui suivent la marche n'arrivant pas à décrocher et espérant toujours que le suivant sera meilleur... De plus, il ne faut pas oublier que les supports de diffusion ont été multipliés ces dernières années ce qui fait une rentrée considérable et non négligeable de $$.

bonds

Après cet article, je vais encore plus passer pour un vieux rabat joie mais quand on touche à un mythe qui me tient autant à coeur que celui que représente James Bond, il y a forcement des chances pour que je me rebelle. Je comprends cependant tout à fait que vous ne soyez pas d'accord avec moi et que vous trouviez les derniers volets très bons. Il est clair qu'en tant que films à par entière, ils sont très réussis mais n'atteignent pas pour moi le label de qualité qu'a toujours représenté la franchise créée par Ian Fleming et adaptée par Albert R. Broccoli. C'est d'ailleurs étrange ou pas en même temps que tout se soit mis à dériver à partir du décès de ce dernier...

Bref à "My name is Bond, James Bond !" j'ai envie de répondre "Ah bond ?" (à noter également que cette réplique culte n'est même pas présente dans le dernier volet... tout comme l'intro avec le viseur... une honte...)

Pour ne pas finir sur tant de haine, ou plutôt de nostalgie, et pour vous prouver que je ne suis pas contre l'évolution, c'est le thème de James Bond mashuped par Dj Moule que je vous propose: Dj Moule - Superstitious Bond (Steevie Wonder Vs Propellerheads)

james-bond-007-sean-connery-aston-martin-db5

Comment qu'il fait trop le goss' beau Sean à côté de son Aston Martin DB5 !

Et vous, que pensez-vous de tout ça ?