Ubuntu 11.04 Natty Narwhal, erreur isolée ou changement de direction ?

Quasiment deux mois après la sortie de la version 11.04 d'Ubuntu baptisée Natty Narwhal, que ressort-il de l'évolution de cette distribution destinée au grand public ? Jusqu'à présent, j'avais toujours été satisfait des choix faits par Canonical, mais cette fois, je dois avouer avoir été déçu, et pas qu'un peu. Les propos qui vont suivre ne reflètent que mon avis et je peux très bien comprendre que vous ne soyez pas d'accord avec chacun des points qui vont être abordés. C'est parce que j'apprécie Ubuntu que je me permets de donner mon avis pour que les choses évoluent dans le bon sens (que ce soit dans le mien ou pas).

L'arrivée de Unity, trop tôt et maladroitement imposée ?

Commençons par le changement le plus flagrant : le remplacement par défaut de l'interface de bureau Gnome Shell par Unity. Outre le fait qu'à mes yeux, ce type d'interfaces trouve tout son sens sur les notebooks ou les tablettes mais n'apporte pas grand chose niveau ergonomie aux ordinateurs de bureau (ce n'est pas le débat), j'ai trouvé incroyable de l'imposer aux utilisateurs n'effectuant qu'une mise à jour sans même les prévenir que tout leur environnement de travail allait changer ! Les geeks me diront (à raison) que ça faisait un bail que c'était prévu, et en étant un moi-même je le savais bien, mais ici il ne s'agit pas d'une quelconque distro 4 da g33ks only. Le changement d'un environnement de bureau est un événement majeur dans l'expérience d'un utilisateur à ne surtout pas prendre à la légère même pour un geek, alors que dire quand il est question de LA distribution qui se veut la plus user friendly, l’étendard des "jeunes" (et moins jeunes) libristes en puissance ? Si les habitués ont vite su comment revenir sur le mode classique, j'ai pu constater qu'il était loin d'en être de même pour les novices. Alors oui, Google est ton ami, on connaît le refrain ! Mais est-il normal d'avoir besoin de chercher quoi que ce soit pour revenir sur une configuration précédente alors que la seule action exécutée par l'utilisateur aura été de mettre à jour son système, comme recommandé par... le système lui-même !

Les bugs en pagaille de Unity (non focus des applications devant se lancer après un clic sur un lien ou autre, nombreux problèmes au support des dualscreens là où il n'y en avait pas avant, la white list de l'applet indicator...)  après plusieurs bêtas prouvent bien que le projet était trop jeune pour être poussé en production. Je ne vais pas faire de commentaire quant à un possible coup de Mark Shuttleworth souhaitant mettre en place Unity au plus vite pour éviter que les gens ne s'habituent à Gnome 3... Amusant comme je sens une odeur familière au monde propriétaire traverser la banquise.

Utilité de l'installation automatique des nouvelles applications par défaut lors des upgrades

Ce n'est pas propre à la 11.04 mais tant qu'à parler des petites choses pouvant déranger lors des upgrade, autant tout déballer, non ? Je n'ai jamais su trop quoi penser de l'installation automatique des nouvelles applications par défaut ? Quel est l'intérêt pour un utilisateur habitué à un soft de lui en ajouter un du même usage ? S'il n'était pas satisfait de celui proposé par défaut, il en aura sûrement téléchargé un autre via la logithèque ou grâce à des recommandations d'un ami/un ennemi/Google/Obi Wan Kenobi. N'est ce pas un des charmes du libre que de pouvoir essayer différentes solutions pour trouver celle qui nous convient ? Et installer des programmes qui ont de grandes chances de ne jamais servir (puisqu'ils n'ont pas été présentés et que la personne devait déjà utiliser ceux installés précédemment), à part installer un sentiment de confusion et alourdir la liste des applications, l'espace disque et le nombre de mises à jour à faire, désolé mais je ne vois pas. [NotePourLesTrolls] Pour l'utilisateur lambda, la fenêtre de description des mises à jour N'EST PAS une présentation et n'est d'ailleurs jamais consultée par les novices ! [/NotePourLesTrolls]

Propositions

Il me semble logique que les nouvelles applications sélectionnées à chaque version soient placées par défaut lors d'une installation mais pourquoi forcément les installer lors d'une mise à jour. A mon humble avis, une présentation poussée des nouveautés et des changements engendrés par cette dernière devrait être proposée. Une présentation pouvant paraître trop lourde à gérer, le minimum serait de donner les liens vers les pages du wiki les concernant.
Une option devrait proposer à l'utilisateur de rester sur les paquets déjà présents sur son ordinateur, sauf en cas d'obsolescence avérée ou de choix clairement notifié. J'entends d'ici les gens qui vont me dire, qu'il n'y qu'à rester sur une LTS (Long Term Support) comme ça, évitant ainsi les problèmes pendant 3 ans (date de renouvellement des version LTS). Je ne suis qu'en partie d'accord car nous ne ferions que retarder l'inévitable. Je ne cherche pas à esquiver les évolutions, cycle normal en informatique, ni les choix faits, mais je pense qu'ils devraient mieux être expliqués pour que tout le monde puisse savoir de quoi il retourne avant de prendre les décisions qui s'imposent. Je le dis et je le répète mais c'est d'une distribution destinée à tous dont il est question !

Conclusion

Après tout ça, vous pourriez être tenté de croire que je dénigre complètement Ubuntu, et pourtant il n'en est rien, même si je dois bien avouer que les choses ne vont pas vraiment dans un sens que j'apprécie. Donner son avis pour faire évoluer les choses n'est-il pas une des propriétés du monde des logiciels libres ? Car au fond, ce n'est pas forcément à moi que je pense en écrivant ce billet car je suis à même de changer les éléments qui ne me correspondent pas même si je trouve ça déprimant. Nombreux ont été les gens déçus ou ayant des problèmes face à cette mise à niveau, difficile après ça de dire aux utilisateurs lambdas que la vie sous Ubuntu est plus calme et tranquille que celle d'un utilisateur du côté obscur de la force. Espérons que les prochaines versions soient moins perturbantes que celle de ce mois d'avril 2011. Dur à croire, surtout quand on entend Mark Shuttleworth parler d'un possible mais sérieux remplacement de Firefox par Chrome dès la 12.10 (dans un an et demi). Si encore c'était Chromium, je ne dis pas, mais Chrome...

Obliger Gnome à ouvrir les connexions FTP dans Nautilus (Ubuntu)

Si comme chez moi, les connexions FTP créées via Gnome (Raccourcis > Se connecter à un serveur...) s'ouvrent dans Firefox et que ça vous agace, je vous propose une solution pour qu'elles lancent plutôt une fenêtre Nautilus. Il semblerait que ce phénomène soit dû à la validation de Firefox comme navigateur par défaut.

Méthode automatique

  • tapez la commande suivante :
  • sed -i 's/firefox/nautilus/' ~/.gconf/desktop/gnome/url-handlers/ftp/%gconf.xml && cat ~/.gconf/desktop/gnome/url-handlers/ftp/%gconf.xml

  • relancez votre session et c'est terminé !

J'ai simplifié la méthode trouvée sur le forum d'Ubuntu-fr expliquée ci-dessous en une commande qui va remplacer automatiquement Firefox par Nautilus puis afficher le contenu du fichier modifié pour être certain que tout est ok.

 

Méthode manuelle

Au cas où la méthode ci-dessus n'aurait pas marché, voici la méthode manuelle.

  • éditez le fichier suivant à l'aide de gedit en tapant la commande suivante (vous pouvez bien entendu remplacer gedit par votre éditeur de prédilection) :
  • gedit ~/.gconf/desktop/gnome/url-handlers/ftp/%gconf.xml

  • remplacez la valeur firefox %s (qui se trouve entre les balises stringvalue) par nautilus %s, ce qui devrait donner :
  • <stringvalue>nautilus %s</stringvalue>

  • enregistrez les modifications puis relancez votre session

Les nouvelles connexions FTP lancées par le menu Raccourcis devraient désormais lancer Nautilus et plus Firefox ! Comme le dirait un ver bien connu : VICTORY !

Source : Forum Ubuntu-fr.org

Nettoyer la liste de Linux kernel headers de Grub (Grub Customizer ou ligne de commande)

Si vous êtes un utilisateur régulier de Linux, vous devez forcément connaître le problème d'accumulation des kernel headers Linux venant encombrer votre liste de démarrage dans Grub. En effet, au fur et à mesure des mises à jour de votre système, cette liste devient de plus en plus longue (même si maintenant, Grub doit les regrouper sur une ligne mais les fichiers sont toujours présents), il est donc nécessaire de faire le ménage de temps en temps.

Recommandation post-manipulations :
Je vous déconseille fortement de supprimer l'avant dernier kernel header avant d'avoir passé quelques semaines jours à utiliser sans problème la nouvelle version installée. En effet, démarrer sur une version antérieure peut s'avérer utile si la récente rend votre système instable. Il est à tout moment possible de réinstaller n'importe quelle version en ligne de commande (si jamais le serveur X ne démarrait plus par exemple) ou via un live CD, mais ces opérations n'étant pas forcément accessibles aux débutants, ces derniers devraient s'abstenir.

Grub Customizer

Ce logiciel vous permet de choisir les kernel headers présents dans la liste de Grub lors du démarrage de votre ordinateur. N'étant pas dans les dépôts, il vous faut tout d'abord ajouter ce ppa (Personal Package Archive) à l'aide des commandes suivantes :

sudo add-apt-repository ppa:danielrichter2007/grub-customizer
sudo apt-get update
sudo apt-get install grub-customizer

Une fois le logiciel lancé :

  • cochez dans la liste proposée la ou les version(s) que vous souhaitez voir apparaître ou décocher celle(s) qui ne vous intéresse(nt) plus
  • au besoin, faites monter ou descendre une entrée à l'aide des flèches
  • sauvegardez

Au prochain démarrage, votre liste devrait être plus légère !

nb : si vous êtes un peu geek curieux, je vous conseille d'aller faire un petit tour dans les préférences, Grub Customizer permet de choisir la résolution dans laquelle s'affiche le menu de sélection, les couleurs d'affichage ainsi que le fond d'écran, le délai d'attente avant le lancement du choix par défaut...

Ligne de commande pour nettoyer sa liste Grub des kernel headers inutiles

Pour ceux qui n'ont que faire d'une interface graphique et souhaitent ne garder que la dernière version, tapez la commande suivante (trouvée sur Ubuntu Genius) dans un terminal et tous les kernel headers excepté celui utilisé actuellement seront supprimés de votre système.

dpkg -l 'linux-*' | sed '/^ii/!d;/'"$(uname -r | sed "s/\(.*\)-\([^0-9]\+\)/\1/")"'/d;s/^[^ ]* [^ ]* \([^ ]*\).*/\1/;/[0-9]/!d' | xargs sudo apt-get -y purge

Faire de cette commande un script exécutable

Pour ne pas avoir à mémoriser ou à chercher dans votre historique cette commande conséquente , je vous conseille de l'écrire dans un script shell :

  • créez un dossier Scripts à la racine de votre répertoire home (par exemple mais vous pouvez le mettre où bon vous semble, l'essentiel est de s'y retrouver) puis rendez-vous à l'intérieur
  • mkdir ~/Scripts
    cd ~/Scripts

  • utilisez votre éditeur de texte favori pour créer un fichier contenant du shell script (.sh) qui se trouvera dans le dossier précédemment créé
  • nano purgeheaders.sh

  • collez la commande vu plus haut
  • dpkg -l 'linux-*' | sed '/^ii/!d;/'"$(uname -r | sed "s/\(.*\)-\([^0-9]\+\)/\1/")"'/d;s/^[^ ]* [^ ]* \([^ ]*\).*/\1/;/[0-9]/!d' | xargs sudo apt-get -y purge

  • sauvegardez et quittez l'édition du fichier
  • rendez-le exécutable
  • chmod +x ./purgeheaders.sh

Il ne vous restera plus qu'à l'exécuter lorsque vous souhaiterez supprimez les kernel headers devenus indésirables à l'aide de la commande suite :

~/Scripts/purgeheaders.sh

En espérant vous avoir été utile.

Synergy: partager son clavier et sa souris entre ordis [Windows, Linux, Mac]

[Edité le 17/12/2013 suite au billet "Synergy : résoudre le problème des boutons suivant/précédant inactifs de la souris"]
Je me rends compte que les informations ci-dessous sont un peu obsolètes, en grande partie à cause des captures d'écrans d'un logiciel qui a évolué aussi bien sur Windows, que sur Linux ou sur Mac OS. Les principes restent les mêmes et je ne pense pas que vous soyez perdus en vous référant à ce que j'ai écrit. Si jamais c'était le cas, je vous invite à vous servir des commentaires.
#ff00ff;">/!\ Il y a cependant une information sur laquelle je souhaitais revenir concernant l'installation de QuickSynergy sur Linux (et sûrement de Mac OS X Synergy Configurator mais n'ayant toujours pas de Mac sous la main, difficile de vérifier). Ces derniers sont désormais inutiles, le paquet Synergy possédant désormais tout ce qu'il faut pour être facilement paramétrable de façon graphique. L'expérience d'utilisation de Synergy est homogène entre les différentes plate-formes !

[Article original du 21/10/2010]
Je viens vous présenter une application pour les geeks (limite nerds à ce niveau) puisqu'il s'agit de Synergy, un soft permettant de partager votre clavier et votre souris avec des ordinateurs connectés à votre réseau local. Une fois Synergy installé sur vos différentes machines, il vous suffira alors de passer la souris d'un écran à l'autre (comme si vous étiez en multi screens) pour prendre le contrôle du système en question. Ce qui fait son utilité et sa force, c'est qu'il fonctionne sur toutes les plateformes (de Linux, à Mac en passant par Windows), et vous pouvez le télécharger légalement ici, puisqu'il est libre et gratuit.

Quelle est la différence et quel est le plus apporté par Synergy par rapport à des logiciels de prise de contrôle à distance tel que VNC, me direz-vous ? L'utilisation entre ces 2 solutions n'est à mon sens pas la même. Tout d'abord parce qu'il sera préférable d'utiliser VNC sur une machine sans écran, ou ne se trouvant pas dans la même pièce. Alors qu'avec Synergy, il est obligatoire (ou du moins grandement conseillé) d'avoir tous les écrans à côté si nous souhaitons nous y retrouver. Dans ce cas là, pourquoi perdre de la place sur un écran à lancer VNC alors que nous en avons un qui est là pour ça et qui ne pourra être attribué à rien d'autre (un écran de portable par exemple). Il a été conçu pour permettre une cohabitation aisée entre plusieurs ordinateurs se trouvant sous différents OS, évitant ainsi à l'utilisateur de changer sans arrêt de clavier/souris (c'est en tous cas comme ça que je l'utilise).

Voici un petit guide pour vous aider à configurer tout ça.

Pour les Windows users:

Lorsque le logiciel sera installé, vous devrez choisir si vous souhaitez que ce soit le clavier/la souris de ordinateur sur lequel vous vous trouvez qui contrôle les autres, ou si au contraire, c'est lui qui sera contrôlé par un autre ensemble. Nous allons commencer par configurer le côté serveur à partir duquel vous piloterez les ordis, et nous passerons ensuite au côté client qui sera contrôlé.

Configuration côté serveur (clavier/souris qui contrôlent les autres):

- pour commencer, cochez la case Share this computer's keyboard and mouse (server)


- cliquez sur Advanced et notez votre Screen Name (normalement c'est le nom de votre machine), ça vous servira plus tard

- cliquez ensuite sur configure

- dans l'encart Screens, ajoutez le nom des ordis comme vu plus haut avec le Screen Name (il y a quelques options en plus que vous pouvez activer ou pas, je me sers surtout des corners qui désactivent la fonction de switch, histoire d'être sûr de ne pas basculer sans le vouloir sur un autre écran en mettant sa souris dans les coins)

- au niveau de Links, vous allez définir la disposition des écrans, c'est à dire lequel sera à gauche/droite/haut/bas de l'autre, simple question de préférence (à noter qu'il faut paramétrer les liens dans les 2 sens, sinon votre souris restera bloquée sur un écran, c'est bête mais c'est comme ça, des fois qu'un gugus veuille se créer un casse-tête, il le peut !)

ex: ici mon Ordi1 sera à gauche, et mon Ordi2 à droite

- si vous souhaitez que le logiciel se lance automatiquement au démarrage de Windows, allez dans AutoStart et choisissez l'option que vous préférez (soit celle de gauche pour que ce soit au moment où vous vous loguez, pour qu'il n'y ait qu'un seul utilisateur qui puisse utiliser Synergy par exemple; soit celle de droite si vous souhaitez que ce soit quand l'ordi se lance, peu importe l'utilisateur)

- il ne vous reste plus qu'à appuyer sur Start, et la configuration du serveur sera terminée

Configuration côté client:

Ici rassurez-vous, les choses sont plus simples. Allez dans Advanced pour être sûr que le nom de l'Ordi2 correspond bien à ce que vous avez marqué pour lui dans la configuration de l'Ordi1 (soit dans mon exemple Ordi2). Cochez la case Use another computer's shared keyboard and mouse (client), rentrez l'adresse ip du pc n°1 et cliquez sur Start et le tour est joué !

Pour les Ubunteros (Linux):

Synergy se trouve dans les dépôts Universe donc si ce dernier est déjà activé chez vous, un simple tour dans Synaptic ou un petit sudo apt-get install synergy devrait suffire (je vous conseille d'installer également QuickSynergy, l'utilitaire pour configurer Synergy de façon graphique), sinon, je vous renvoie par ici pour apprendre comment ajouter/modifier sa liste de dépôts.

Côté serveur (Share):

Mettez le nom de l'ordi à l'emplacement voulu et cliquez sur Execute !

Côté client (Use):

Dans Serveur hostname/IP address il vous faudra mettre le nom/adresse IP de l'ordinateur qui partage son clavier/souris, et dans Screen name, rentrez le nom de l'ordi client comme vous l'avez fait dans la configuration du serveur (voir plus haut). Voilà le travail ! Et après on va dire que c'est compliqué Linux... 😀

Conclusion:

Je n'ai pas mis d'explications pour les Mac users (je n'en ai pas sous la main), mais il semblerait que ce petit utilitaire (Mac OS X Synergy Configurator) joue le rôle de QuickSynergy. Sachez également que Synergy étant multiplateformes, vous pouvez utiliser les clients et les serveurs de façon indépendante entre les différents systèmes d'exploitation, il suffit de suivre l'étape qui vous intéresse en fonction de l'OS !

Si vous avez des questions, n'hésitez surtout pas à les poster en commentaires, j'essaierai d'y répondre comme je peux !

Liens utiles:

Faire tourner les plugins unsupported (Snow) de Compiz Fusion sur Ubuntu 9.10 Karmic Koala

Et voilà, nous venons de rentrer de plein fouet dans la saison hivernale 2009-2010 avec des chutes de neige aux 4 coins de la France (sujet préféré de notre cher JP Pernault national) et en bon geek linuxien que vous êtes, vous avez sûrement eu envie de ressortir des cartons les bons vieux effets graphiques liés à cette période de l'année, je veux bien entendu parler de l'effet Neige (Snow) présent (entre autre) sur le paquet extra du gestionnaire de bureau 3D Compiz Fusion.

Malheureusement, si votre Ubuntu est à jour (donc que vous êtes en 9.10), vous venez de découvrir que ces paquets ne sont plus précompilés dans les dépôts officiels... Quel dommage n'est ce pas ? Peut être est ce dû au fait que le Koala supporte mal le froid ? Ok, je sors mais avant je vais vous donner une petite astuce qui vous permettra de refaire fonctionner tout ça sans trop vous prendre la tête. En effet, j'ai trouvé les paquets .deb sur Ubuntuguide.net qui fonctionnent avec Karmic.

Il ne vous restera plus qu'à retourner sur le compiz-settings-manager, et retrouver le plugin Neige (ou Snow) à cocher dans la catégorie Extras. Que c'est reposant de voir un peu de neige tomber derrière ses fenêtres de travail (enfin perso, j'apprécie mais je comprends que ça puisse ne pas être le cas de tout le monde) !

Source